Deux déclarations au CE siège et dispositif itinérants / CE du 17 octobre 2018

T9


Déclaration 1 :

Monsieur le président, le contexte est tel que ce CE est totalement surréaliste.

En effet, un CCE extraordinaire est convoqué demain pour la présentation d’un plan de réorganisation, comportant des fermetures de Centre, des fermetures de formations, une réorganisation des fonctions support siège et DR. Dès le lendemain le 19/10, vous convoquez un CE extraordinaire sur ce sujet.

Lors de ce CE nous devions, entre autre, aborder les bilans sociaux (siège et dispositif itinérants), outil permettant, en théorie, de repérer les problèmes et les dysfonctionnements afin d’y remédier (toujours en théorie) et d’anticiper une politique de Gestion des Ressources Humaines.

Quel décalage !

Notre avenir est dans les mains d’un conseil d’administration (CA) aux mains de l’état, un CA qui se dit lui-même mal informé et qui avoue découvrir les difficultés de l’AFPA dans les journaux sans possibilité de faire son travail.

Pour rappel, le CCE attend toujours des réponses sur les orientations stratégiques.
Jusqu’où iront le mépris, le cynisme et l’indifférence des directions vis à vis du personnel et de ses instances représentatives ?

Comment décemment continuer à échanger sur des sujets qui seront, pour la plupart, percutés de plein fouet par les annonces de la direction, qualifiées de « choc »par la directrice générale ?

Le contexte c’est aussi :

  • L’absence du fameux Contrat Objectif Performance (COP), plus d’un an et demi après la création de l’EPIC avec l’annonce par L’État d’un plan de réduction d’emploi pour 2019 de 550 ETP. Ainsi on ne connait pas l’objectif mais on sait déjà que ce sera avec moins de personne, dégradant de facto un peu plus les conditions de travail des salariés ainsi que la qualité des formations pour les citoyens.
  • le scandale du sous-traitant Alixio auquel un marché été attribué début juin suite à appel d’offre lancé en début d’année pour un million deux cent mille euros, sur le thème de la réorganisation et de la gestion des ressources humaines. Lequel du cabinet Berger ou d’Alixio vous dicte ce choc annoncé ?
    Sur ce point, le CE siège et dispositif itinérants soutient la demande du CCE d’être informé loyalement sur ces prestations.
  • des annonces de CCE en CCE et de CRE en CRE, d’un plan stratégique à plusieurs étages (national, régional) qui apparaît maintenant comme un enfumage anxiogène vis à vis du personnel et ce depuis plus d’un an.
  • une communication perverse de la direction : une consultation du personnel lancé mi-juin, suivi d’un séminaire pseudo participatif mi-juillet, aux conclusions déjà écrites, a été une véritable manipulation !

Pour les tous membres du CE et dans ce contexte, nous refusons de maintenir la totalité de cet
ordre du jour et nous ne traiterons que les points 1 (situation d’urgence d’une personne), 5.1 (budget à fin août 2018 par direction et les deux filiales) ainsi que les informations du président.

Montreuil le 17 octobre 2018


Déclaration 2 :

A l’image d’une Direction Générale qui ne veut pas communiquer sur les produits des filiales, empêchant de facto les élus du CCE de vérifier la situation économique de ces dernières, nous nous apercevons que le document fourni ne permet pas aux membres du CE de faire une analyse approfondie. Aucune information économique détaillée concernant l’EPIC et ses filiales pour le périmètre du CE ne nous a été donnée. Les membres du CE demandent une information détaillée, complète et loyale sur le budget, par Direction et filiale.

Montreuil le 17 octobre 2018


 

Deux motions au CRE Siège et Dispositif Itinérants
Lettre ouverte au président du syndicat CFE-CGC AFPA