CRE D’OCTOBRE 2016 A Egletons

VOS ELUS CGT VOUS INFORMENT

logo CGT AFPA

L’essentiel de ce que nous avons retenu de ce CRE d’octobre Présidé par Thomas Varré (Directeur Régional nouvelle Aquitaine) entouré de Béatrice Poggio (DRH-DS) et, selon les questions abordées, de : Monique Lajugie (DIFR), Christophe Hourquebie (Contrôleur de Gestion – en visio) et Dominique Ouagne (DSMSG)

Le nouveau Directeur Régional a pris ses fonctions et préside pour la première fois le CRE. Déjà, il semble s’être approprié pas mal de notre histoire (mais rappelons qu’il vient du monde de la formation professionnelle), de nos forces, de nos faiblesses, de nos handicaps ou de nos chances. Il arrive avec l’optimisme que l’on connaît à chaque arrivant (Bah, on connait la musique mais ça ne fait pas de mal !) mais comme toujours, pour ce qui nous concerne, nous apprécierons sur pièce (car tant de fois nous avons espéré, tant de fois nous avons déchanté…).

Information trimestrielle sur l’emploi

Question traitée par Béatrice Poggio

Les effectifs à fin septembre : 201 CDI – 35 CDD

La proportion CDD/CDI a rarement atteint ce taux. Aujourd’hui, outre que nous sommes 40 % de moins en CDI qu’en 2006, nous constatons une augmentation de la précarisation des emplois avec des CDD qui représentent 17% de l’effectif CDI, ceci même si 40% d’entre eux sont en remplacement de salariés absents

  • 10 ans en arrière, on s’émouvait d’un taux de 10% de CDD, c’est peu dire de la capacité à nous entraîner vers le pire tout en nous « vendant» ou en nous promettant des jours meilleurs.

A noter : Cette année 2016, la Direction nous avait annoncé que la contractualisation RH ne se ferait plus sur les effectifs (nombre d’ETP accordés) mais sur la masse salariale.
A l’approche de 2017, il semblerait que ce changement ait déjà vécu et que l’on revienne à l’ancien système.

Comment résoudre la question de la mobilité contrainte qui ne trouve pas aujourd’hui, dans les textes et dans la pratique managériale, matière à trouver juste dédommagement et compensation ?

Eureka !!! La Direction RH semble avoir trouvé !!! …
Nous découvrons en étudiant les documents qui nous sont remis et, surtout, en posant quelques questions pour bien comprendre, que dans certains cas des solutions peuvent être trouvées.

Dans ce cas précis, le lieu d’affectation budgétaire et hiérarchique a été modifié (mutation) tout en conservant comme lieu de travail le site qui était le site d’affectation initial.
Bon, nous vous le concédons, c’est du bricolage, mais avouez que c’est un joli tour de passe-passe ! Et bingo ! ça marche ! Si on ne peut pas payer dans un sens, ben le tour est joué, on trouve le moyen pour pouvoir payer dans l’autre.

Nous pourrions presque applaudir tant qu’il permet à un salarié d’être dédommagé de ses transports quotidiens à rallonge. Pour autant, nos mains resteront dans les poches, car si c’est là un joli tour, malheureusement il ne vaut pas pour tout le monde.

Pas normal selon nous. Mais cela dit, consolez-vous ! Car si vous sortez vos mouchoirs, sachez que la Direction pleure avec vous. Eh oui, elle reconnait que ce système qui laisse le plus grand nombre sur le bord de la route est bien injuste !!! Elle approuve et soutient notre point de vue qui ne cesse de clamer qu’Il faudrait un encadrement collectif de ces problématiques de déplacement par voie d’accord national !

D’ailleurs, elle nous dit porter avec force cette demande auprès de la DG (ainsi que d’autres régions qui se manifestent dans le même sens). Ainsi, aux dernières nouvelles, une réunion des DRH a eu lieu la semaine précédant le CRE et des chantiers prioritaires ont été posés tels que celui de la mobilité.

  • Nous désapprouvons ce traitement différencié qui laisse le plus grand nombre de nos collègues, contraints à des déplacements ponctuels (Limoges/Brive, Egletons/Brive, Brive/Agen, Limoges/Guéret, etc…) ou bien contraints de partir pour des missions temporaires, l’un à Guéret, l’autre à Toulouse, d’autres encore à Pessac, etc, etc , sans autre indemnisation de leurs actions «nomades » que le strict remboursement d’une mission classique (au mieux)…
  • Que faut-il de plus pour que les réclamations des salariés soient entendues ? … Peut-être qu’ils les fassent eux-mêmes entendre avec plus de force ? C’est une bonne option selon nous …

Information trimestrielle sur la production

Question traitée par Christophe Hourquebie en visio (dans des conditions de communication épouvantables)

Nous sommes à fin septembre sur un différentiel de – 86000 heures par rapport au budget initial, moins 5000 heures par rapport au révisé.
En termes financiers, les résultats sont donnés à fin août : -1.6 millions d’euros par rapport au budget initial, 240 000 euros en moins par rapport au budget révisé.

Pour mémoire le budget initial 2016 était de 15 253 keuros, le budget révisé est de 13 833 keuros la réalisation 2016 à date est de 13 593 keuros.

Notons qu’en août 2015, on avait réalisé 15 millions d’euros et qu’on sera cette année à environ -1.4 millions d’euros par rapport à l’an dernier.

 Nous nous interrogeons : C’est ça la réussite des politiques menées depuis une quinzaine d’années ? Des plans en veux-tu en voilà, mais des plans « foireux » … Du boulot bureaucratique et administratif en veux-tu en voilà, mais pour moins de production …. Des recettes qu’on peine à maintenir au niveau, mais par contre du bazar à tous les étages !!!

La Direction admet aujourd’hui que les projections AFPA ciblaient une commande se situant plutôt du côté du maxi de la fourchette, tandis qu’elles se situent aujourd’hui plutôt du côté du mini.

Mince alors, côté Direction, encore un optimisme déçu !
De notre côté, juste la confirmation de ce que nous pointions comme risque au lendemain du lancement et du résultat de l’appel d’offres « Limousin », à savoir une perte de budget d’environ 2 millions d’euros, perte que le plan 500000 aurait pu masquer mais que le retard d’exécution rend pour l’instant inopérant (voir notre article du mois dernier « plan 500000, du bidon ? »)

Beaucoup de craintes de notre part sur l’atterrissage financier de fin d’année 2016 (idem pour 2017)

Le Plan 500000 (+ tous les appels d’offres complémentaires de cette année) exigent une réalisation à la hussarde. Quand on peut lisser la production sur l’année les engagements financiers ne sont pas les mêmes. On gère la programmation, on gère mieux le recrutement et les ressources nécessaires à la réalisation.

Dans le cas présent, on se voit souvent contraint de mobiliser des moyens complémentaires : RH, matériels, parfois des locaux, etc …, etc …

Alors, la question qui se pose inévitablement est celle des coûts. Car si, pour réaliser en volume et en recettes le même travail que l’on réalisait les années passées, on doit supporter des charges supplémentaires, on observe que ce qui fait certainement l’intérêt des politiques ne sera probablement pas au final celui de l’AFPA.

Outre ces observations, les élus CGT notent en plus le risque que nous courrons de ne plus trouver demain les stagiaires que l’on essaye aujourd’hui de faire rentrer en masse. Après ces opérations « politico-médiatiques », qu’adviendra-t-il des commandes et des possibilités de recrutement ?

Réponse de la Direction : « Vous voulez dire qu’il ne faut pas le faire ? »

  • Puisqu’il le faut, empressons-nous de mentionner que le propos de la cgt ce n’est pas celui-là puisqu’on est dans le cadre d’une mission service public et que c’est dans ce cadre que les règles nous sont imposés. Par contre, ce que nous disons, c’est qu’on ne peut pas nous considérer comme organisme public soumis à tous ces aléas sans nous donner les moyens de pouvoir fonctionner correctement. Eh oui !!! Dans ces conditions, arrêtons de parler de rentabilité ! ou bien encore, subventionnons-nous à hauteur des exigences ! …

Précisions apportées par Mme Lajugie :

  • Nous avons en cette fin d’année de vrais soucis de recrutement stagiaires sur certaines spécialités. Du coup, certains reports vont nous permettre de rester dans un fonctionnement « classique » sans moyens supplémentaires.
  • Le maximum doit être fait sur le recrutement pour inscription des stagiaires avant le 31/12 même   si les formations ne démarrent qu’en janvier.
  • Toutes les semaines, un état des places vacantes est envoyé au Conseil Régional par les collègues de » conseil en formation ». Pour une plus grande mobilisation des acteurs, le CR pourrait lancer des campagnes de communication.Encore du boulot en plus pour Conseil en Formation !Les élus CGT interpellent la Direction : Où sont les renforts ? Si on veut faire du recrutement stagiaires la priorité des priorités, quand donnera-t-on enfin les moyens à ce service de fonctionner convenablement en termes de RH ? Quand il est question parfois de repositionnements, de redéploiements, pourquoi la Direction ne saisit-t’ elle pas l’occasion pour consolider ce service indispensable ?

 

Multimodalité

Question traitée par Mme Lajugie

Pour compléter l’information donnée le mois dernier, nous notons que la prochaine session de sensibilisation est prévue pour décembre. Pour l’immédiat, seulement 12 formateurs du Limousin l’ont suivi et aucun MF alors qu’ils sont censés avoir un rôle d’accompagnement à la mise en œuvre.

Dès le mois de novembre, une session de prise en main de la plateforme Metis aura lieu pour les GRN 159 et 160 avec nomination de référents par produits de formation.

Emplois d’avenir

Question traitée par Béatrice Poggio

Suite à notre intervention du mois dernier, un point de situation a été refait pour l’ensemble de nos collègues en emploi d’avenir. Pour beaucoup d’entre eux, malheureusement le terme du contrat approche mais chacun va bénéficier, d’ici à fin octobre, d’un entretien avec la cellule RH régionale pour examiner leur projet (le rédéfinir si besoin) et engager les démarches qui conviennent.

Ceux pour qui un cursus formation a été suivi et un titre formation a été obtenu (félicitations !), ils bénéficieront en complément de prestations ERE afin d’être accompagné au mieux vers l’emploi.

Organisations du travail « atypiques » – Mobilité/déplacements

Question traitée par Béatrice Poggio

Notre demande n’a pas été bien comprise donc le point de situation sera fait le mois prochain.

Les élus CGT expliquent que trop de situations particulières se multiplient, nous voulons pouvoir les suivre et savoir comment chacune d’elle est encadrée et gérée administrativement.

Nous attendons donc de la Direction qu’elle nous fournisse un relevé de toutes les situations qui dérogent à l’horaire collectif, de tous les cas où le lieu de travail est différent ou du centre d’affectation administratif (conjoncturellement ou structurellement), des déplacements ponctuels mais récurrents, des mobilités temporaires … Dans tous les cas où cela s’impose, nous demandons également à avoir connaissance de l’avis des chsct concernés et/ou des notifications de l’inspection du travail en réponse à la demande de l’employeur.

Le nouveau DR, M. Varré, reconnaît qu’il y a un vrai travail à faire sur les mobilités, les missions, les déplacements, les risques … Toutes ces questions méritent d’être structurées afin de définir les cadres qui sont à respecter.
Il partage le souhait des élus de faire un état des lieux et il en programme le résultat pour la fin de l’année.

  • Saluons là la réactivité de la DRH à nos observations. Car même si nous déplorons que tout n’ait pas été fait dans les temps et dans les formes par le passé à l’échelle de l’ex Limousin, là au moins le minimum sera assuré en temps record et avec les possibilités qui restent.

Fusion des 2 restaurants de Limoges

Question traitée par Dominique Ouagne

Le mois dernier, nous avions pressenti « anguille sous roche ». Ce coup-ci, on nous informe.

Comme nous l’avions pressenti, le projet initial (travaux restaurant Romanet) est mis en stand by car un autre projet pourrait bien le remplacer. Il s’agit d’un projet de cuisines modulaires, construction qui pourrait être installée à Romanet sur un espace actuellement végétalisé qu’il n’est pas prévu d’utiliser ultérieurement pour autre chose. Le matériel de cuisine de Babylone (renouvellement récent) pourrait être réutilisé dans ce cadre.

La Société qui fait ce type de construction est reçu le 27 octobre puis le projet sera mis à l’étude.

  • Pourquoi pas ? Comme tout projet, on étudie et on mesure ensuite la faisabilité, donc à suivre …

 

Centre d’Egletons

Question traitée par Christophe Hourquebie

Lors de sa visite sur le Centre le 23 septembre, notre Directeur Général Christophe Donon avait invoqué le problème de rentabilité du site.

Nous avons donc voulu en savoir plus en demandant le compte de résultat de l’établissement car, selon nous, l’affaire pouvait sentir l’entourloupe ; un peu comme celle de 2010, souvenez-vous … C’était l’époque Caîla durant laquelle le Limousin avait été montré du doigt pour ses mauvais résultats, ce qui avait coûté au DR de l’époque son poste. Nous avions alors clamé la supercherie qui consistait à prétendre des pertes colossales en confondant résultat avec écart sur résultat.

Hier c’était un individu qui était visé. Ce coup-ci, n’est-ce pas le centre d’Egletons tout entier qui pourrait être mis sur la sellette ?

Après sa non-désignation comme centre stratégique national, qu’en est-il donc des prétendus mauvais résultats du Centre d’Egletons ?

A l’examen du compte de résultat 2015, nous constatons :

  1. Que l’EBE est positif : +30 4784
    Pour un Centre à fort coût comme celui d’Egletons, ce résultat mérite d’être noté.
  2. Que le résultat opérationnel (celui que l’on dégage après les amortissements) est lui aussi positif : 47 662 euros

Comprenne qui pourra …

Nous on croit comprendre. Car, lorsque nous nous nous attardons sur ces chiffres en considérant qu’ils ne sont pas si mauvais qu’on veut bien le dire (surtout en tenant compte d’un écart de 650 000 euros sur les charges de fonctionnement entre le montant budgétisé et le réalisé, sans qu’on nous explique à quoi un tel écart peut être dû), on nous répond qu’ils n’intègrent pas les CFS régionaux qui nécessitent une répartition de charges au prorata du CA des 5 centres de la région soit 947000 euros à imputer à Egletons. Et qu’ils n’intègrent pas non plus les frais de structure nationaux soit 609000 euros de mieux. …

 Ben voyons ! Là où hier on ne causait que d’EBE, il semblerait qu’aujourd’hui la lecture se fasse à d’autres étages ou bien encore sur des chiffres qui n’intègrent pas tout.

Tiens donc ! Mais admettons.
Il n’empêche que, selon nous, Egletons ne s’en sort pas si mal, que lorsqu’on veut tuer son chien on dit qu’il a la rage et que, si on se met à isoler chaque centre pour calculer leur rentabilité, on risque fort d’oublier le vieux principe de solidarité qui a permis à l’AFPA de vivre plus de 60 ans.

A méditer, mais surtout à suivre de près …
Surtout en considérant l’annonce faite par le nouveau Directeur Régional d’un « plan de

redressement et d’économie » à mettre en place pour Egletons, même s’il inclue dans ce plan des mesures qui peuvent s’entendre telles qu’un travail sur les modes de fonctionnement (ex : utilisation de nouveaux outils). Ou bien encore quand il évoque l’idée de partenariats, ce qui mérite sans aucun doute davantage de précisions.

Accueil de migrants

Question traitée par Dominique Ouagne
70 migrants sont susceptibles d’arriver rapidement en Nouvelle Aquitaine.

La répartition serait celle-ci :

  • 40 sur Limoges Babylone
  • 10 sur Angoulême + 10 sur Mornac
  • 10 à Rochefort

Pour Limoges, cette arrivée prochaine suppose une remise en service des hébergements fermés depuis 2 à 3 ans. Les arrivées se feront par groupe de 10. La restauration sera assurée à l’extérieur à « la bonne assiette » (10mn à pied) ce qui résout entre autres le problème des repas du week-end. Un gardiennage devra être assuré 24h sur 24.La convention couvrirait une période allant jusqu’au 30/04/2017

PROCHAIN CRE LE 24 NOVEMBRE A BRIVE

VOS REPRESENTANTS CGT AU CRE

  • Danièle PIOT : danipiot-cgt@hotmail.fr Tel : 06 44 14 57 44
  • Sylvain ROCH : csr-limousin-cgt@laposte.net Tel : 06 40 14 05 10
  • Denis CALES : denis.cales@afpa.fr Tel : 05 55 30 01 37

Plus d’informations : rendez-vous régulièrement sur www.cgtafpa.fr
Pour retrouver tous nos flashs CRE, consultez le menu “Régions” sur le site cgtafpa.fr

 

CRE Limousin de novembre 2016 à Brive
Compte-rendu de la visite du DG au centre d’Egletons : rassurez-vous, vous mourrez sans notre aide !