logo CGT AFPALes engagements de la CGT pour la survie de l’AFPA

La CGT AFPA Rhône-Alpes (RA) a interpellé des élus du CONSEIL RÉGIONAL depuis plusieurs semaines afin de partager avec eux les conséquences dramatiques de la réduction drastique des mesures de formation professionnelle décidée par l’exécutif régional.

Nous avons rencontré trois élus de trois groupes politiques différents afin de leur dresser le tableau de notre sous-activité et ses conséquences.

Suite à ces rencontres, la CGT a proposé à ces élus de venir visiter le Centre de Saint-Priest le 24 novembre et de rencontrer le personnel en souffrance.

Quels ont été notre étonnement et notre incompréhension devant le refus écrit du directeur régional auprès des élus du Conseil Régional de ne pas permettre leur venue.

Une entrevue a été demandée au DR pour explication devant ce refus : une élue a été reçue le 15 novembre.

Pourquoi le DR refuse-t-il cet appui ? Ces élus peuvent faire pression auprès de M. WAUQUIEZ afin de nous redonner de l’activité.

La CGT confédérale ou interne à l’institution est un défenseur de l’AFPA : M. le DR, pourquoi vous ne voulez-pas œuvrer avec nous ?

  • M. Martinez, Secrétaire national de la CGT Confédérale, a argumenté auprès de M. MACRON, lors de la bilatérale sur la réforme de la formation professionnelle, sur l’intérêt qu’il doit porter à l’AFPA dans son PIC : Programme d’Investissement des Compétences.
  • La confédération CGT a fêté les 70 ans de l’AFPA en la présence de la Ministre du travail.
  • Il n’y a pas une seule conférence de presse sans que la CGT nationale, régionale ou interne réclame la relance de production de l’AFPA.
  • Nous sommes présents et actifs dans les instances de décisions nationales COPANEF et CNEFOP et régionales COPAREF et CREFOP où l’on réfléchit sur les stratégies de formation professionnelle, afin de valoriser le travail de l’AFPA et expliquer la plus-value que nous apportons à tous les bénéficiaires.

Nous tenons à l’AFPA, nous croyons en elle et nous continuerons à la défendre coûte que coûte !


Le DR justifie son refus concernant la visite des élus du Conseil Régional sur le centre de Saint- Priest :

« il préfère ne pas répondre comme cela au Conseil Régional sur nos difficultés, mais plutôt sur ce que nous sommes capables de mettre en œuvre d’innovant, d’adaptation et de souplesse pour répondre à ses attentes. »
« Il est persuadé que la Région aura besoin de l’AFPA pour arriver à un résultat convenable à la fois sur le nombre d’actions de formations proposées aux demandeurs et sur le taux de placement à l’emploi. Pour lui, l’AFPA se présente comme un laboratoire pour une autre politique de formation en réponse directe aux besoins des entreprises.
Il y a une marge de manœuvre pour que l’AFPA y trouve sa place. »


Pour la CGT, c’est peut être oublier un peu vite la posture anti service public de l’emploi du Président du Conseil Régional. Croire qu’il est possible encore de négocier avec lui semble bien utopique.


DÉCLARATION

Les élus CGT du CRE sont interrogatifs quand ils voient que les hiérarchiques défenseurs du service public sont écartés des responsabilités ou quittent l’institution. Pour nous, ces décisions sont révélatrices de ce qui nous attend demain : ce n’est plus le service public la priorité de nos dirigeants de l’AFPA.

Cela est conforté par les discours rassurants du DR et des Directeurs de Centre dans les instances du personnel, prétendant que tout va bien. Nous ne percevons pas d’actions, ni même de volonté de prendre le « taureau par les cornes » afin de sortir du marasme actuel. Les urgences sont pourtant là en termes d’économies (déficit cumulé de 400 M€), de position/poids dans le SPE et en nombre d’emplois (perte d’environ 1 000 emplois sur 3 ans).

La question essentielle est : que va-t’il se passer dans les 6 prochains mois alors que l’appel à référencement AURA du Conseil Régional est repoussé, le budget PLF (Programme Investissement des Compétences PIC) de l’État 2018 est annoncé à 1 milliard d’€ en 2018 et à 3 milliards seulement à partir de 2019 ?

Nous voyons au quotidien dans les Centres, des agents CDI qui sont mis de côté. En effet, les directions ont du mal à maintenir les obligations légales de leur contrat de travail.

Par contre, les CDD obtiennent des responsabilités qui ne relèvent pas de leur profil de poste. Il leur est demandé aussi, une polyvalence tout azimut, souvent sans lettre de mission, pour des tâches ne relevant pas de la qualification inscrite dans leur contrat de travail.

A l’horizon 2018, la réforme de la formation professionnelle, dans laquelle l’individu, porteur de ses demandes de formation, va prendre une place importante :

  • Quel rôle nous restera-t-il pour nos missions de service public ?
  • Comment former les demandeurs d’emploi les plus éloignés et les salariés les plus fragilisés dans un cadre restreint ?

Suite à l’interpellation de l’inspection du travail sur les machines industrielles de Rillieux qui ne sont pas aux normes CE, la DR a décidé de réunir une COMEX élargie sur la sécurité dans les Centres. Un référent est désigné pour suivre ce dossier.


Situation économique

Une production en HTS (Heures Travaillées Stagiaires) très en deçà de 2016 : la direction prétend que quelques AIF (Pôle Emploi) et CIF CDD signés ces dernières semaines permettront à la situation de se redresser en fin d’année.

Les élus CGT font remarquer que c’est ce satisfecit affiché qu’ils ne supportent plus.

Les centres se vident, le nombre de formateurs sans activité augmente et ce ne sont pas ces quelques places supplémentaires qui pourront changer la situation CATASTROPHIQUE de notre région.

Ce constat est d’autant plus alarmant que le budget prévisionnel 2017 avait été revu largement à la baisse en prenant en compte la fin des mesures du Conseil Régional.

Donc, un résultat en diminution par rapport à un objectif déjà étriqué.

Comparatif sur la baisse de production des centres :

Zone d'informations réservée aux internautes CGT AFPA connectés. Pour y accéder, utiliser le menu ZONE RÉSERVÉE / Connexion (ou S'inscrire)...

LES DROITS A LA FORMATION du PERSONNEL :

DIF

Nous demandons à la direction d’informer les agents qu’ils doivent utiliser leurs heures de DIF avant décembre 2020 sous risque de perdre 120 heures acquises. Pour ce faire, il faut transférer ces heures DIF en créant un compte CPF.

CPF (Compte Personnel de Formation)

Quant au CPF, rappelons qu’ils peuvent l’utiliser en temps de travail ou hors temps de travail. Certaines directions ne respectent même pas le code du travail et l’article L 6314-1 et L6321-1 puisque des agents qui n’ont pas eu de journée de formation depuis plus de 20 ans, se voit refuser l’utilisation de leur CPF alors que l’accord de la direction ne portait ni sur le calendrier, ni sur le contenu.

La délégation CGT demande à la direction de ne pas attendre passivement l’avenant n°2 sur l’accord de la formation professionnelle, mais d’être force de propositions pour que le plan de formation devienne une priorité pour les directions de l’AFPA.

Depuis 2008, les agents subissent une restructuration. Aujourd’hui, une centaine d’agents n’a plus d’activité ou accepte de la polyvalence à outrance,

Donnez-leur la possibilité de rebondir par le plan de formation !

CEP (Conseil en Évolution Professionnelle)

L’AFPA doit accompagner le personnel pour l’utilisation du CEP (loi du 5 mars 2014). Pour les salariés AFPA, c’est le FONGECIF qui est prescripteur.

Il faut que la direction communique de façon opérationnelle afin que le personnel puisse utiliser leur CEP afin de s’orienter sur d’autres activités professionnelles en cas de besoin.

QUID DU PLAN STRATÉGIQUE RÉGIONAL Rhône-Alpin ?

Le directeur régional annonce qu’il va commencer un tour des centres de la région dès lundi et jusqu’au 20 décembre.

Il déterminera avec chaque directeur de Centre, un projet de cartographie : les formations maintenues, celles à développer, celles conjoncturelles à garder en sommeil si le plateau technique est en bon état et les formations qui seront fermées en 2018.

Les élus s’opposent à ce que ces décisions se prennent par les directions sans en informer et consulter au préalable les instances représentatives du personnel qui ont pourtant leur mot à dire !

Quant aux centres de l’an 2020 :

1 ou 2 centres seront désignés comme expérimentaux sur un thème choisi (ex : 2 centres expérimenteront l’accueil modifié séparant le lieu physique de l’accueil des stagiaires en formation et celui des personnes venant demander des renseignements pour la première fois).

Les élus sont surpris car pendant ce temps : l’accueil de Valence est fermé, pour celui de Saint-Priest le DR répond au directeur qu’il n’est pas d’accord pour que ce nouvel accueil soit encadré par un binôme qui permettrait pourtant une plage d’ouverture de 8 h à 18 h.

La CGT dit qu’on ne peut pas construire sur des ruines !

Le DR répond qu’il est en période de réflexion et que tout est envisageable. Les choses seront arrêtées dans les 6 mois à venir.

En janvier-février, les agents seront informés des changements opérés, en toute transparence pour qu’ils puissent faire leur choix en connaissance de cause.

Dès mars-avril, les nouveaux éléments nationaux : COP (Contrat d’Objectifs et de Performance) et Orientations Stratégiques pourraient bien bouleverser les décisions régionales prises en début d’année 2018.


Appel à référencement du CONSEIL RÉGIONAL

Concernant le premier appel à référencement, la réponse sera donnée en décembre et les marchés subséquents (c’est-à-dire les organismes qui mettront en œuvre ce référencement) seront opérationnels tout de suite après. Les premières entrées en formation se feraient en avril 2018.

Le deuxième appel à référencement, qui sera regroupé avec le troisième, sera lancé début 2018. Les premières entrées en formation devraient se réaliser en septembre. La bonne nouvelle, c’est que le CONSEIL RÉGIONAL devrait remettre des formations bâtiment et tertiaire en demande dans ces 2 appels.

Rappelons que dans l’intervalle, 55 formateurs et des dizaines d’administratifs sont sans travail à cause de ce manque d’activité !!!


CONTACTS CGT

 Représentante Syndicale au CRE :
Mylène CHARRE

 Les élus CGT au CRE :
Lionel SORLIN
Jocelyne PAGES
Carmela BAFFIERA
Philippe PASQUALINI
Valérie STEFANINI


Adhérez à la CGT

LE syndicat qui défend le service public, la réponse de qualité à ceux qui en ont le plus besoin, les collectifs de travail, l’amélioration des conditions de travail du personnel, l’investissement humain dans l’AFPA.
Contactez : Valérie STEFANINI Déléguée Syndicale Régionale CGT Rhône-Alpes

CRE décembre 2017 Rhône-Alpes
Compte-Rendu CRE RA octobre 2017