logo CGT AFPACompte-Rendu CGT du CRE Haute-Normandie du 19 juin 2018

La représentante CGT au CRE fait lecture d’une déclaration, suite à la réunion du CRE du mois de mai où une question avait été mal interprétée :

« Lors du CRE du 22 mai dernier, une question a été posée sur le devenir des locaux du Havre — qui regroupent trois formations (le froid, la logistique, la maçonnerie) — si celles-ci n’étaient plus animées.

Or une mauvaise interprétation du mail, initialement envoyé, laissait à penser que la formation maçonnerie n’était pas correctement tenue par le formateur ; en tous les cas, c’est l’interprétation qui a été retenue et qui a suscité un grand émoi quand le directeur du centre est allé voir ledit formateur pour lui rapporter cette allégation.

La CGT défend tout le personnel, qu’il soit en CDD, en intérim ou en CDI, et quelle que soit sa catégorie ou sa classe. La CGT ne joue pas au « maillon faible ». Elle respecte le travail des personnels et défend ses conditions de travail.

Nous défendons également les formations qui sont dispensées dans nos centres, même si elles ne sont pas retenues lors des appels d’offre de la Région, car nous avons un service commercial, et maintenant une filiale, qui doit être en capacité de trouver des marchés privés pour les sauvegarder.

La CGT s’inquiète de la fermeture des centres programmée dans le plan d’orientation, et reste donc vigilante, sur la pérennité ou non de ces sites.

C’est uniquement dans cette optique que la question aurait dû être posée. »

FO fait également une lecture de sa déclaration, reconnaissant que la question n’aurait pas dû être posée de la façon dont elle a été formulée.


La DR nous informe qu’à la suite du CCE qui a eu lieu le 12 juin 2018, une demande de contribution de tous les salariés sera demandée par mail pour la transformation de l’AFPA. Cela concerne principalement trois thématiques : les métiers de formateur et de l’accompagnateur de parcours, et faire un centre AFPA ouvert… Un document envoyé la veille nous permet de suivre cette présentation.

Question CGT : Comment vont être choisi les 7 personnes en Région qui vont participer au séminaire ?

La réponse est qu’il est probable que cela soit le fruit d’un tirage au sort, sans que cette pratique ne soit pour le moment validée.

Question CGT : pourquoi ne pas avoir repris ce qui se dit dans les CRE, les DP ?

La DR répond que bien sûr les remontées sont faites et qu’il en est tenu compte…

Nous attendons de voir


La DR commence par la (9ème) question qui demandait si l’amorçage du PIC avait été signé dans notre région.
OUI. Ce sera un abondement des formations déjà existantes comme les CAQ, et des formations de connaissances de base qui permettront ensuite aux personnes de pouvoir rentrer en qualification. Donc cela touche bien le public le plus éloigné de l’emploi.

Mais pour le moment seuls 3 bons de commandes supplémentaires ont été apportés par P.E. dont une formation agent de restauration et une autre sur agent d’entretien sur Évreux, mais pas encore par rapport à la signature de l’amorçage du PIC. Cela va prendre encore quelques temps.


Hérouville Saint-ClairLa DR est en pourparlers avec la Région pour un partenariat à Hérouville Saint-Clair pour une école de la production.

Deux personnes partent se former à Lyon pendant 2 jours à ce concept.

La CGT est contre ces écoles qui mettent des jeunes (de 15 ans et plus) en situation de travail sans rémunération (soi-disant pour leur bien) mais en tous les cas sans faire payer à leur famille leurs scolarités (trop aimable).

C’est la solution qu’a trouvé H. Morin, Président de la Région Normandie, défenseur farouche de l’apprentissage dont il a perdu le contrôle avec la réforme de la formation professionnelle, pour subventionner à hauteur de 1 million ces écoles très privées, hors contrat mais dont les lycées professionnels ne bénéficieront pas.

Cerise sur le gâteau : environ, 15 jeunes sont concernés par cette structure… Chercher l’erreur par ces temps de pénurie !!!!!

De plus, ce retour au 19ème siècle, ne colle absolument avec le verbiage débité sans cesse par notre direction sur les valeurs de l’AFPA, et notre recentrage sur notre ADN !


Sur les effectifs et le personnel :

La CGT constate toujours que la formatrice qui devrait animer la formation CRCD est absente de « son poste » depuis plusieurs années et qu’elle est remplacée par une CDD qu’il faudrait penser un jour à « CDIser ». Pour Nous il y a poste quand cela arrange la direction pour ne pas transformer un CDD en CDI.

La CGT reste vigilante sur l’évolution professionnelle de la formatrice en CDI. Si celle-ci devait exercer de nouvelles fonctions, là aussi il ne faudrait pas qu’elle soit positionnée sur une mission, mais sur une fonction, ce qui « libérerait son poste » et permettrait à la personne en CDD d’être enfin en CDI. Fini le jeu des chaises musicales !

La CGT demande également que soit remplacés les MF qui sont en arrêt maladie.

La DR répond que certains collègues comme la directrice des relations services publics, elle-même, la DRH et autres collaborateurs se chargeaient temporairement d’apporter un appui aux personnels qui en avaient besoin… Bla bla bla !


Quant au suivi de production, la présentation de la DR est catastrophique !

Moins 25 % du CA prévu par rapport à la même date de l’an dernier. L’explication la plus plausible est que ni P.E, ni l’AFPA ne trouvent suffisamment de futurs stagiaires pour entrer en formation. Donc les entrées sont soit repoussées pour attendre d’avoir un minimum de stagiaires pour ouvrir la section, soit elle est annulée, et là c’est aussi dangereux pour les futurs appels d’offres car si l’AFPA ne réalise pas les formations, la région risque de les supprimer pour les prochains AO…

L’AFPA n’est pas la seule concernée par ce manque d’appétence de la part des personnes pour entrer en formation. Tous les OF ont cette difficulté.

FO fait remarquer qu’il faudrait aussi faire évoluer nos plateaux techniques qui sont parfois un peu désuets par rapport à ce qu’attendent les entreprises. Il aurait fallu, aussi, créer plus de partenariat avec les entreprises.

La DR répond que le partenariat, elle le défend depuis deux ans, et que chaque salarié, et particulièrement les formateurs doivent créer les liens nécessaires avec les entreprises…


Ensuite nous passons rapidement sur les questions concernant prépa compétences, puisqu’elles ont eu leurs réponses lors du CRE extraordinaire du 13 juin 2018.

Par contre, il nous est bien précisé qu’il n’y aura aucune gratification financière particulière puisque ce plan rentre tout à fait dans les attributions de l’EPIC.

En Haute-Normandie les formateurs formés sur METIS sont au nombre de 36 dont 7 CDD. 29 sont en cours de formation dont 10 CDD, et 10 personnes ne sont pas encore formées.

Il n’est pas impossible, pour certains formateurs, que des renforcements soient nécessaires à la maîtrise complète de l’outil.


En ce qui concerne les entretiens individuels : la campagne n’est pas lancée.

Probablement qu’il n’y aura plus qu’un seul entretien au lieu de deux. Cela n’empêchera pas la revue RH d’avoir lieu comme chaque année en juillet pour examiner les demandes de promotions ou d’évolution des personnels.

Ces demandes sont travaillées, en général, de longues dates avec les N+1 et donc il n’y pas de difficulté, selon la direction, à ce que ces demandes soient traitées.

Un outil est en préparation pour informatiser complètement ces entretiens, pour qu’on puisse également les archiver correctement.


Le CRE s’est tenu en moins d’une heure trente, chrono !!!!

Zone d'informations réservée aux internautes CGT AFPA connectés. Pour y accéder, utiliser le menu ZONE RÉSERVÉE / Connexion (ou S'inscrire)...


Patricia DOCAIGNE,
Le Havre
CGT AFPA Haute-Normandie

Plan de formation au CRE Normandie de juillet 2018
CRE Haute-Normandie 13 juin 2018