logo CGT AFPA

Quoi de neuf au CRE PACA ?

Compte-rendu CGT du CRE
du 22 novembre 2017 à Marseille


Informations du Président 

Le président annonce que la Région a voté une rallonge de 6 millions d’Euros déléguée à Pôle Emploi pour l’achat de formations supplémentaires. L’Afpa a donc été sollicitée pour la mise en œuvre d’environ 28 AFC réparties sur nos centres.

Le nouvel appel d’offres (pluriannuel) du Conseil Régional pour un montant de 28 millions € apparaîtra le 2 janvier 2018. En fonction des lots et des territoires, l’Afpa devrait créer des partenariats à l’initiative des directeurs de centre. Cette nouvelle configuration, si elle se confirmait, répondrait à nos souhaits maintes fois exprimés : travailler main dans la main avec toutes les composantes du service public de la formation professionnelle, être ouvert et bien implanté dans cet environnement pour mieux répondre aux besoins sociaux des populations qui y vivent.

Concernant le budget 2018 le président dit la difficulté à le présenter. La construction de celui-ci doit se baser sur des orientations non encore finalisées. Il n’y a pas donc de budget définitif mais un budget évolutif à réviser en fonction du niveau d’activité en cours. Il ne manquerait plus qu’on perde la boussole pour avancer à tâtons. Pour le président, il nous manquerait en 2018, 12 à 13 millions d’€ en lien avec les différents marchés ce qui va se traduire par plus de suppressions dans les effectifs. Interrogé par la CGT sur ses intentions, le président parle sans sourciller de 100 postes à supprimer ! C’est la tendance dans toutes les régions indique-t-il, mais se presse-t-il de dire immédiatement pour se montrer rassurant : ce sont les CDD qui seront la variable d’ajustement. Les CDI n’ont rien à craindre !!

Alors qu’il y a encore beaucoup d’inconnus tant sur le Plan Investissement Compétences du gouvernement, que sur le marché Régional, celui de PE, du FPSPP et autres OPCA… la seule chose dont le président est sûr, c’est le nombre d’emploi à détruire, notamment dans la catégorie des formateurs. C’est un état d’esprit que chacun pourra juger selon sa situation, son expérience et son dévouement à l’institution. Dans tous les cas, la CGT pense qu’il faut empêcher la fuite des compétences et qu’elle accompagnera, comme elle l’a toujours fait, celles et ceux qui veulent se battre pour garder leurs emplois.

Le président est convaincu que notre salut passe par le numérique. Il veut le prouver en organisant une journée sur ce thème le 7 décembre 2017 à la Carrosserie, un espace dédié au Coworking. Tant qu’à faire nous aurions préféré La Friche Belle de Mai, pôle multimédia par excellence qui reçoit 350 000 visiteurs par an. Ainsi le président veut faire une démonstration de force sur le versant formation par le numérique en présentant Metis, des serious games et la mutimodalité. Un colloque sur la question s’en suivra l’après-midi. Le virage numérique demeurera t’il une chimère ?


Emploi et Formation professionnelle 

Déclaration de la CGT lue en séance :

Information-consultation sur le bilan du plan de formation 2016 et le bilan au 30 septembre 2017

Ce bilan du plan de formation 2016 ne fait que confirmer la baisse constante depuis 2012 du nombre de salariés ayant suivi au moins une formation, le montant des dépenses de formation, le nombre de journées de formation dispensées, la part de la masse salariale consacrée à la formation (voir tableau ci-joint) Quelle dégringolade !

Nous regrettons que les tableaux ne distinguent pas les formations dispensées aux CDI et aux CDD.

Axe 1 « Accompagner et soutenir la professionnalisation des formateurs » : nous déplorons, à notre plus grand dam, que les sessions temps 2 et 3 de la professionnalisation des formateurs soient faibles, conséquence du faible taux de recrutement de formateurs en CDI et de l’occupation des formateurs.

Axe 5 « Développer un plan Hygiène, Sécurité, Prévention et Santé au Travail » : nous notons que, quand la situation économique de l’Afpa se dégrade, ce sont les conditions de travail qui en font les frais, même en région PACA dans laquelle notre direction nous dit que tout ne va pas si mal que ça.

Axe 6 « Développer un Plan de Performance Numérique » : pour un organisme qui se voulait être un modèle dans le domaine du numérique (un des points clefs de notre Direction Générale et de notre président Barou), quelle déception ! Au regard de ces chiffres (26 jours réalisés en 2016 pour 378 prévisionnels, en recul de 31 jours réalisés par rapport à 2015) nous en déduisons que l’Afpa PACA agit à l’inverse du discours officiel… En est il de même pour les chiffres nationaux ?

Axe 7 « Développer le mieux travailler ensemble » : 49 jours réalisés sur 133 prévisionnels dont 16 jours pour la préparation à la retraite… Ces chiffres sont assez significatifs de la préoccupation des salariés et de la Direction Régionale sur ce sujet.

Il est affligeant de constater que nos services ne peuvent même pas répondre aux obligations légales en termes de répartition des actions de formation par catégorie, parce que le module de FORMATION du SIRH ne le permet pas…

En deux ans, les services RH n’ont pas remédié à ce problème !

Nous pensons que ce bilan reflète non seulement le manque de moyen mis à la disposition des salariés pour se former (diminution des effectifs, non remplacement des salariés pendant leurs absences, restriction des budgets tous azimuts, démotivation…) mais également l’incohérence dans la stratégie de développement de l’Afpa, jusqu’alors reconnue pour la qualité de ses formations.

Quand les formations et perfectionnements professionnels ne sont plus dispensés, ce sont les compétences des personnels qui s’amenuisent, particulièrement au regard des évolutions et des tournants de mobilité professionnelle pris par l’institution et imposés à ses salariés.

Quand la situation économique se dégrade, ce sont les conditions de travail, la formation des salariés, les salaires des classes les plus basses… qui en subissent les conséquences !


Le président crée la surprise en disant s’associer à cette déclaration et partager le constat affligeant qui y est dressé. Il l’explique par l’énorme pression qui s’exerce sur la contrainte budgétaire, mais il compte confier désormais la responsabilité et l’autonomie aux directeurs de centre sur cette question. Les élus CGT soulignent que les formations les plus souvent proposées concernent l’adaptabilité au poste de travail et ne permettent pas le développement des compétences notamment vers les métiers émergents.

L’activité VAE qui rapporte 700 000 € en PACA est freinée par un manque RH sur des questions administratives. Le Président dit ne pas avoir de visibilité et qu’au vu de l’ensemble des moyens affectés, on travaille à perte. Il faut traiter la VAE en lien avec la spécification de certification. Pour la CGT c’est une mission de service public que l’Afpa doit assumer pleinement et prioritairement.


Évolution du dispositif et organisation des congés

Le lundi 30 avril 2018 sera récupérable. La semaine 19 sera neutralisée (lundi 7 mai 2018 sera offert et non récupérable, il faudra poser une RTT employeur, un CP ou récupérer les mercredi 9 et vendredi 11 mai 2018). La note explicative est en cours.

Il n’y aura pas de « fermeture de centre » en 2018. Le DRH insiste sur le non remplacement « systématique » des salariés en congés Ce qui implique une logique de gestion de ses congés en bonne intelligence au sein de son équipe et avec son manager. Il faudra prévoir bien en amont la programmation des congés de façon à ce qu’il n’y ait plus de problème sur les soldes en fin de période de référence. L’idéal serait d’avoir une programmation prévisionnelle annuelle des congés de chaque salarié. Enfin une bonne nouvelle pour les salariés qui désirent partir en congés à des périodes moins chères !

Concernant le projet stratégique régional, le président nous informe que l’Afpa a mené un gros travail d’analyse et de prospection des territoires que les directeurs devront mener et s’approprier. Il nous livre pêle-mêle quelques pistes : Accompagner les évolutions numériques et les évolutions professionnelles, les citoyens fragiles, complémentarité avec Pôle Emploi, mixer nos modes d’apprentissage, accélérer la multi modalité, redéfinir nos offres, inventer l’Afpa comme tiers-lieu pour accueillir les familles, en faire un fablab (Le fablab, entre bricolage, récup et numérique), y pratiquer une économie circulaire (recyclerie)… tout un programme, pas forcément à notre goût, qui demande à être approfondi à un CRE prochain lors d’une véritable information du PSR !


Ressources Humaines et Dialogue Social

Alors que la direction trainait des pieds, elle vient de finaliser, sous l’impulsion des élus, une note de service qui autorise les CDD à opter pour les 37 h dès lors que le contrat dépasse les 6 mois.


Pour contacter la CGT dans vos centres,
adressez-vous aux
Délégués Syndicaux Locaux CGT 

25 visites au total, 2 aujourd’hui

À Philippe Martinez...