logo CGT AFPAQuoi de neuf au CRE PACA ?

Compte-rendu CGT du CRE du 18 avril 2018 à Marseille la Treille


Informations du Président

D’emblée le président veut dissiper le flou qui entoure la rumeur d’une probable fermeture du centre de Nice. Alors qu’il est un des meilleurs centres de résultat et qu’il participe à un maillage territorial nécessaire, voilà que ce centre, bien plus important que son voisin Cannes, est devenu une annexe de celui-ci, perdant par la même occasion son directeur.
Il laisse néanmoins entendre que le devenir de Nice sera lié au volume d’activités que nous aurons en fonction du PIC, du PFQ et de la commande de PE et que cette problématique se poserait également à Marseille.

Comme à son habitude le président, qui souffle le chaud et le froid en même temps, dit vouloir tester les politiques pour voir comment ils réagiraient à l’annonce de fermeture d’un centre implanté sur leur territoire. C’est du lard ou du cochon ? Et s’ils disaient oui ? A vouloir jouer avec le feu

Dans tous les cas, il va falloir arrêter de jouer avec les nerfs des salariés qui sont à bout en ces moments difficiles. Des salariés de Nice et d’autres centres sont venus à la Treille pour appuyer les DP de Nice dans leur demande d’explications au président. A suivre ! !

Celui-ci change vite de sujet et évoque les orientations stratégiques validées par la DG. Visiblement, celle-ci s’est appuyée d’un côté sur l’expertise d’un cabinet d’études, de l’autre sur un rapport de l’IGAS qui attribue à l’Afpa les bons et les mauvais points. Mais chacun de nous sait en toutes circonstances ce qu’on peut faire dire aux rapports, c’est à dire tout et son contraire !

Par exemple, les formations longues constituent un point faible, mais en même temps, c’est un point fort car elles permettent d’accéder à la qualification et sont toutes indiquées pour les publics les plus éloignés de l’emploi entre autres. On nous reproche aussi une pyramide des âges élevée et une masse salariale élevée.

La solution serait-elle d’arrêter de fidéliser les compétences ? De pratiquer le turn-over des CDD maigrement payés ? Une pratique de formation comme on en voit partout sans qualité et dépourvue d’utilité sociale ? Contrairement aux desseins funestes de Bercy, la CGT pense que c’est le moment de soutenir l’Afpa pour sa singularité, son maillage territorial, ses missions globales de service public.

Non ! non !L’heure est maintenant à la présentation des plans d’actions traduisant ces orientations ; notre plan d’actions stratégiques régional ne sera présenté qu’après l’été ! Le président tente de nous persuader que la démarche qui a présidé à son élaboration était une démarche ascendante et participative (Bottom-up) où les acteurs du terrain avaient leurs mots à dire.

La CGT n’est pas dupe ! Le mode d’organisation de l’AFPA, même en temps de crise, reste toujours en mode « top-down », mode descendant. L’affichage de façade n’éludera pas la question cruciale de la démocratie sociale ainsi que le dialogue avec les organisations syndicales mal en point, ce qui en dit long sur la philosophie et la vision du management dans les hautes sphères.

Pour le président, l’Afpa doit se réinventer de mille façons : intégrer davantage le numérique, favoriser l’accès à la culture, développer l’alternance et l’accompagnement, s’adapter aux orientations du gouvernement au travers du CPF monétisé et individualisé, construire une gamme de réponses au CEP et surtout profiter de la manne du PIC (50 millions pour Paca, mais cette année le Conseil Régional n’a pas signé, mais Pôle Emploi pourrait le prendre à son compte !).

Le président est plein d’élan, il voudrait changer le regard extérieur sur l’Afpa, faire de celle-ci un village ouvert dans son environnement, un espace d’échanges et d’expériences, un fablab à ciel ouvert, des crèches, des jardins…

Pourquoi pas ? Les centres ont toujours eu plein d’expériences, mais la créativité a aussi besoin de moyens que n’avons plus !


Ressources Humaines et Dialogue Social

Un manager externe a été de nouveau Cdisé à Marseille Saint-Jérôme. Suite aux déclarations précédentes, le DRH-DS voulait le passer sous silence !

La direction continue à bafouer les règles qu’elle a elle-même édictées, à savoir gel des CDI, recrutement à l’interne, contexte économique difficile, visibilité réduite, personnel sans activité, gestion RH au plus près de la réalisation… On continue de recruter les classes 13 et plus, mais le gel est toujours de rigueur pour les classes 12 et moins !

Proposition de la commission pour la programmation des congés 2019-2020 : En toute logique, en cette période de récession et vu les sacrifices tant sur les salaires que sur les conditions de travail, les membres du CRE de l’Afpa PACA demande à ce que les ponts pour cette période de référence soient non travaillés et offerts et un arrêt à 12 heures (2 x 2 heures GPRH) le mardi 24 décembre 2019… CQFD !


Activités Sociales et Culturelles

Les 6/12ème du budget de fonctionnement et des ASC du CRE ont été versés fin mars 2018 ainsi que la régularisation de la subvention ASC 2016. De ce fait, les élu·e·s du CRE ont pu valider le protocole des chèques vacances qui seront distribués courant juin. Rapprochez-vous de vos correspondants locaux ASC pour plus d’informations !


Déclaration des élus CGT du CRE Afpa PACA, le mercredi 18 avril 2018

Dans un mail adressé à l’ensemble du personnel AFPA de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, entre le 11 et le 12 avril ; le directeur régional a tenu sur le fond comme sur la forme, des propos inacceptables.

La situation générale de l’Afpa est connue depuis des années, le personnel n’a pas failli dans son investissement quotidien pour garantir les missions qui lui sont confiées.

Implication reconnue malgré les réorganisations, malgré les suppressions de postes et la charge supplémentaire qui en découlent, nonobstant l’absence de reconnaissance après tant d’années d’effort, nous constatons et déplorons la recrudescence de troubles psychosociaux devenus avérés.

Le sentiment de culpabilité et d’insécurité économiques qui découle de cette communication est lourd de conséquences quant à la santé morale de tous les salariés. Le directeur porte une responsabilité énorme quand il brandit la menace des salaires, ajoutant de l’angoisse à l’angoisse, puisque le spectre du non versement des salaires devient récurrent.

Il incombe au directeur d’assumer ses responsabilités et d’accompagner ses équipes pour redresser la barre, non de les culpabiliser tout azimut, sans analyse objective et circonstanciée.

Les limites sont aujourd’hui franchies et la très grande majorité du personnel se demande quel est l’objectif d’une telle communication. Ces pratiques doivent en tout cas cesser immédiatement, la confiance doit être restaurée dans un climat positif pour relever les défis qui nous attendent.


CGT PACA le 18 avril 2018

La Rascasse n° 4 (PACA)
La Rascasse n° 3 (PACA)