UNIS CRE Rhône-Alpes mars 2018

Le devenir de certains Centres de la région

La CGT constate que certains Centres sont sous-évalués sur leur capacité de production pour 2018.

Serait-ce une volonté d’afficher des difficultés qui permettraient ainsi de justifier la fermeture de ces Centres ?

Un ancien DR avait déclaré par le passé qu’il ne fallait qu’un seul Centre par département…

Par exemple, pour le Centre de Roanne, la DR prévoyait 100 HTS annuelles sur la ligne Entreprises alors qu’en février 2017 ; 540 HTS étaient déjà réalisées.

Mêmes scenarii pour les Centres de Chambéry, Romans et donc Roanne.

Finalement, nous y arrivons en Centres fusionnés et donc un par département.

DÉCLARATION CGT au CRE

Encore une fois, un point demandé par la CGT en bureau est enlevé par la DR alors qu’il relève du dialogue social et concerne l’anticipation des évolutions futures pour l’institution. Pourtant ce sujet aurait permis aux agents d’y voir un peu plus claire sur ce qui les attend.

En effet, nous demandions :

  • Les orientations stratégiques de la région
  • La GPECC qui va découler sur les évolutions du dispositif et les emplois
  • L’orientation du plan de formation qui permet de répondre à l’évolution des emplois

Pourquoi ce point est reporté de l’ordre du jour du CRE depuis trois mois ?

Néanmoins, des débuts d’information ont été apportés lors des CRE précédents comme :

  • Le projet stratégique régional
  • La revue RH
  • Les nouvelles actions ouvertes sur des publics différents (migrants, émigrés, accompagnement, etc.)
  • La cartographie du dispositif

Tous ces points n’étaient jamais dévoilés par le DR dans le cadre traditionnel d’une information/consultation, mais des précisions étaient données. Depuis son départ, tout semble être remis en cause car ces points ne sont plus d’actualité, aucune information n’est transmise.

Que se passe-t-il pour la Région Rhône-Alpes ? Hormis le constat de notre situation économique qui se détériore de plus en plus, celui des métiers qui ne sont plus proposés dans la proximité des territoires voir même pour certains qui disparaissent, du non-financement pour la formation des demandeurs d’emploi en ce début d’année, ainsi que les plateaux techniques inoccupés.

La DR va-t-elle continuer à laisser la situation se dégrader sans réagir ?

Y-a-t-il toujours un pilote dans l’avion ?
Ou bien, les décisions se prennent ailleurs, par la DG et Task force puisque nous apprenons par le CCE que le Centre de Bourg-en-Bresse est concerné par une activité partielle et donc par du chômage partiel ?

De nouveaux marchés !

emploiPOLE EMPLOI lance un appel d’offre pour la fin d’année 2018 sur des actions d’insertion et de préqualifications avec un grand nombre de places offertes sur l’ensemble des territoires (ex : 400 personnes en Isère).

L’AFPA va y répondre activement, en proposant des réponses en groupement avec d’autres organismes de formation.

Avec le Conseil régional, L’AFPA a obtenu 3 CARED sur la région pour une enveloppe de 1,1 M€. cela concerne la mise en place de cellules de reclassement, un projet innovant sur les décrocheurs des FAC, et des investissements sur le Centre de Vénissieux par rapport à l’AFPA 4.0 (campus numérique).

Par contre la subvention de l’hébergement/restauration n’a été versée que pour les 6 premiers mois de l’année 2018.

Pas de signature du PIC par le CONSEIL RÉGIONAL pour 2018 donc ce serait POLE EMPLOI qui le mettrait en œuvre.

ÉCONOMIE

Zone d'informations réservée aux internautes CGT AFPA connectés. Pour y accéder, utiliser le menu ZONE RÉSERVÉE / Connexion (ou S'inscrire)...

Chômage partiel de Bourg-en-Bresse

chômage partielLa DR explique qu’en CCE, la DG a dit que l’ensemble de la région était en difficulté économique et que l’activité partielle (donc le chômage partiel) pourrait concerner tous les Centres.

La CGT demande alors pourquoi il a été fait référence à Bourg-en-Bresse et au Puy pour AURA en CCE et non pas des autres Centres ?

La DR répond que ce n’est pas une mauvaise chose, et que cette mesure permettra d’attendre une remontée d’activité. Il y a juste une obligation faite aux salariés de se former pendant 6 mois renouvelable une fois. Ce qui leur permettra d’acquérir de la polyvalence nécessaire pour autre métier. Ouuuui !

BUDGET D’INVESTISSEMENT

L’obligation d’accessibilité des personnes handicapées est reportée à 2020. Un audit a été effectué dans les Centres pour évaluer les travaux a réaliser dans chaque Centre. Il reste deux ans pour trouver les fonds nécessaire à leur réalisation !

Le taux de vétusté des Centres est important. Un guide est mis à leur disposition. Les travaux de réhabilitation sont à mettre en place. Cependant, il faut attendre le schéma pluriannuel d’adaptation de l’immobilier afin de connaître les Centres qui seront conservés.

Pont, fermetures et congés payés :

Déclaration CGT

Pour l’ouverture des Centres du 24 décembre, la délégation CGT ne comprend pas pourquoi la DR annonce autre chose que ce qui a été répondu au CRE de février suite à nos argumentations.

En effet, la venue de stagiaires pour un lundi, paraissait aussi absurde pour la DR que pour nous et elle avait même répondu que les stagiaires pourraient récupérer et du coup, les formateurs aussi. Pour le personnel administratif et de service, il était question de poser un CP ou une RTT. Pourquoi cette marche arrière ?

Sur l’ordre des départs, la délégation CGT rappelle que la première priorité soit la situation de famille comme cela est indiqué dans le code du travail à l’article L3141-14.

Cet article stimule que l’ordre est fixé par l’employeur mais après avis des DP.

La DR doit fournir l’intégralité des avis DP des Centres. La délégation CGT est persuadée que certaines directions de Centre n’ont pas consulté les élus DP sur ces fermetures malgré ce que la DR affirme.

C’est pourquoi la délégation CGT ne donnera pas d’avis tant que les avis des DP n’aient pas été remis aux élus du CRE.

Pour rappel, le mois dernier, le DRH avait annoncé qu’il demanderait l’avis des DP sur les ponts et fermetures des Centres.

CRE de mars, nouvelle DRH qui met les choses au clair : c’est le texte régional et rien que le texte. Il nous est répondu : c’est comme cela !

La délégation CGT fait remarquer que le premier point dans l’ordre de départ en congés est la situation familiale. La nouvelle DRH va-t-elle respecter le code du travail ?

Devant cette attitude bornée, les élus ont voté contre à l’unanimité sur la fermeture en fin d’année ainsi que sur l’ordre des départs.

La DR a essayé de calmer le jeu et nous a demandé de faire remonter tous les exemples de désaccords repérés dans les Centres. Nous demandons donc aux personnels de nous faire remonter les problèmes rencontrés.

La délégation CGT a alors fait remarquer que nous n’étions pas à RENAULT mais à l’AFPA et qu’à ce jour, le dialogue social se faisait en bonne intelligence en tenant compte de l’avis des DP qui est souvent force de proposition pour maintenir la production et le service rendu aux usagers.

CONTACT CGT :

Valérie STEFANINI

DSR CGT R.A.
APFA
35 Bd Jodino
69200 VENISSIEUX
poste 580 503

Question sénatoriale du 29 mars à la ministre du travail
CRE Rhône-Alpes de février 2018