UNIS CRE Rhône-Alpes septembre 2018

Voilà nous arrivons face au mur !

face au mur

La situation de l’AFPA continue à se dégrader. Les appels d’offres du CONSEIL RÉGIONAL se sont réduits à peau de chagrin. Nous avons obtenu une formation de ci, une formation de là, mais c’est loin de répondre aux besoins des citoyens de la région.

La commande de L’État mise en œuvre par POLE EMPLOI et nommée : Prépa compétences, devait nous redonner de l’activité sur les formations qualifiantes. A ce jour, peu d’entrées en qualifiant ont été constatées. De nombreux bénéficiaires de cette mesure optent pour des formations hors AFPA. Si nous comptions remonter notre production avec cette mesure nous en sommes très loin.

La preuve de notre baisse d’activité en continue se constate à la lecture de la saturation du dispositif par Centre. En effet en juillet, il y avait 1124 stagiaires présents, 1013 en août ; il n’est pas prévu de remontée importante avant novembre 2018 et une autre en avril 2019.

Ces chiffres s’appuient sur une programmation qui malheureusement varie suivant le nombre de dossiers individuels, ceux-ci étant en repli, ne permettent pas de maintenir certaines formations en activité.

Nos centres se vident désespérément. La prochaine étape sera la fermeture de GRN puis de certains Centres.

Financièrement, en plus des 725 M€ de déficit cumulés depuis 2012, L’État a été amené à verser une aide de 27 M€ cet été pour permettre à l’AFPA de payer nos salaires. Notre déficit continue ainsi d’augmenter.

Quant aux conditions de travail de nos collègues, elles se dégradent à tel point que nous constatons l’augmentation des départs négociés en grand nombre : démissions, ruptures conventionnelles et congés sans solde. La direction régionale n’a pas voulu maintenir à l’ordre du jour de ce CRE le point RH demandé par les élus portant sur ce sujet, ce qui confirme nos propos.

Ce que nous pouvons prédire, c’est que : Casse il y aura ! La question restante est : à quel niveau sera le curseur décidé par L’État avec le Contrat d’Objectif et de Performance (COP).

Il va falloir se préparer à la tempête et seul le rapport de force permettra de maitriser les conséquences pour les agents. A nous de prendre nos responsabilités. N’attendons pas que ce soit trop tard pour réagir !

Déclaration CGT

Aucune transparence de la DR

Nous constatons que 3 points sensibles disparaissent entre l’ordre du jour établi en bureau du CRE et celui définitif proposé aujourd’hui :

  • Nous réclamions le suivi de la programmation par Centre et par GRN ce qui nous permettrait de constater la diminution des stagiaires présents en septembre et la non reconduction de certaines formations pourtant programmées sur le document remis en CRE de juillet.
  • Nous voulions dénoncer l’impossibilité de faire visiter les ateliers de l’AFPA qui sont prévues dans le cahier des charges de prépa compétences, du fait de la fermeture de nombreux ateliers. De fait, les bénéficiaires ne pourront pas visualiser le plateau technique du métier souhaité et choisir une formation à l’AFPA.
    Pour les mêmes raisons, il n’est plus possible de faire réaliser la VAE des bénéficiaires reçus à l’AFPA sur nos ateliers et nous perdons des candidats. La DIRECCTE propose même de les envoyer sur les plateaux techniques des concurrents.
  • Nous voulions connaitre le nombre d’agents qui quittent l’agence, afin d’analyser les manques de compétences qu’on aurait pourtant eu besoin en cas de relance de l’activité.

Ces informations sont capitales pour le fonctionnement de l’AFPA. Il est donc inadmissible que la DR n’ait pas voulu maintenir ces points à l’ordre du jour. Encore une fois les élus du CRE sont méprisés dans leurs fonctions. Ils ne peuvent pas ainsi lancer des alertes sur la destruction lente mais réelle du dispositif.

Une véritable politique de formation du personnel : une urgence !

Pour la CGT, ce plan n’est pas à la hauteur des bouleversements actuels et complétement insuffisant par rapport aux enjeux qui se profilent :

  • 59% des jours sont réalisés par les formateurs sur des actions obligatoires prévues dans nos accords d’entreprise,
  • 10% de ces jours sont réalisés par les directeurs et manageurs,
  • 7.5% ont permis de développer les compétences du conseil en formation.

Pour les autres salariés, il n’y a RIEN, pas un seul jour que ce soit pour les agents en cuisine, les agents d’entretien et pour de nombreux administratifs !

Ce plan de formation est vraiment réduit au minimum de vos obligations et laisse sur le carreau les personnels qui en auraient pourtant largement besoin dans ces périodes de mutations d’emploi. Vous ne respectez pas vos obligations légales : de permettre à chaque salarié d’obtenir un niveau supplémentaire de qualification pendant leur vie professionnelle (code du travail).

C’est pourquoi la délégation CGT vous demande de prioriser les agents qui n’ont bénéficié d’aucune formation cette année, voire sur les 3 dernières années et de les inscrire sur une formation avant la fin d’année, afin de traiter tous les agents de façon équitable. La délégation CGT vous demande de réaliser un suivi mensuel en CRE pour vérifier la réalisation de cet objectif.

La DRH reconnait que le plan de formation ne va pas en direction de ces agents et s’engage sur un focus en fin d’année pour leur permettre d’obtenir des formations.

La Direction a essayé de faire porter la responsabilité de l’annulation des formation à ces agents, mais la CGT lui a répondu que cet argument ne tient pas quand les agents ne sont pas partis depuis 3, 5 ou 10 ans. C’est un choix des directions qui considèrent que ces agents n’en n’ont pas besoin !

Suivi de la mesure Prépa compétences

Les élus du CRE réclament un suivi mensuel de cette mesure qui est censée redonner de l’activité aux formateurs sans stagiaires.

La DR annonce que cette mesure est financée sur juste compensation et avec des suivis réalisés par les centres dans GTA. Cela devrait nous rapporter un chiffre d’affaire de 2.3 M€ en 2018 et 4.6 M€ en 2019 si la mesure est reconduite. En effet cela est suspendu à un bilan « de satisfaction » en fin d’année de la part de POLE EMPLOI et de L’État.

Il y a eu 515 prescriptions réalisées par POLE EMPLOI depuis juin pour 307 entrées soit 9 % de réalisation de l’objectif de 3450 entrées en AURA.

Pour atteindre ce chiffre, il va falloir mettre les bouchées doubles en fin d’année avec une moyenne de 9 (pour petits Centres) à 20 (gros Centres) entrées par semaine. C’est loin d’être gagné ! Le DR est satisfait de la réalisation de la région et compare nos résultats aux mauvaises remontées qu’il a dans les autres régions. Cela ne rassure pas les élus car cela fermerait la porte à une reprise d’activité pour l’AFPA.

34 bénéficiaires sont déjà sortis de cette mesure. 19 pour des entrées en formation dont 10 dans des formations de l’AFPA selon les dires du DR mais les élus n’ont aucun document chiffré à l’appui de ces propos.

La CGT demande quels sont les ratios déterminés au national sur le nombre de référent par centre car par exemple à Grenoble, ils sont 3 pour 500 prescriptions et ils sont 5 à Annecy pour 250 prescriptions à réaliser. La DRH annonce que l’équipe de Grenoble n’est pas encore complètement constituée. La CGT dénonce des agents positionnés dans ces équipes mais sans qu’ils en soient informés et pour certains alors qu’ils sont en longue maladie.

 

Nous contestons le volontariat dans ces conditions !

Orientation stratégique régionale

Votre tactique de laisser ce point à l’ordre du jour du CRE mais en prétendant répondre en séance, ne trompe personne.

Nous n’avons toujours pas d’informations ni de consultations sur les orientations de la DR pour notre région.

Il est clair, que les décisions ne relèvent pas de votre niveau de responsabilité et que vous attendez les ordres venus d’en haut.
D’autant que nous avons appris que les directeurs régionaux ont signé une charte de confidentialité pour ne pas dévoiler les conséquences de cette situation catastrophique.

Chut ! il ne se passe rien !

Devenir des centres de la région

Question CGT : Pour le Teil, sur la programmation remis en CRE de Juillet nous avions pu constater que vous aviez prévu des entrées en juillet, septembre et novembre pour 3 groupes de 16 stagiaires chacun. La mairie devait nous trouver un local adapté pour cette réalisation. Qu’en est-il ?

Réponse : Le TEIL s’est fini ! la production se fera sur Valence.
Il n’y aura plus de bâtiment prévu sur le site du Teil malgré l’engagement de la mairie.

Question CGT : Pour Bourg-en-Bresse, la solution devait être trouvée avec la séparation du Centre entre les deux mairies à qui appartient le terrain. Il semblerait que ce ne soit pas si simple. Qu’en est-il pour la continuité du Centre ?

Réponse : les activités ne sont pas remises en cause, le Centre est surdimensionné. Il faut se reconcentrer sur les parties nécessaires au peu d’activité en cours.

Question CGT : Nous nous inquiétons également sur le devenir des Centres de Roanne et Chambéry face à la baisse drastique de la production. Y-a-t-il des actions de régulation prévues pour redonner de l’activité à ces Centres ?

Réponse : le taux de présence de stagiaires est de 13 %, ce n’est pas un problème de programmation pour lui.
Sur le devenir des Centres de la région, il ne dira rien. Il y a des travaux en cours. Il faut attendre.
Le dimensionnement de l’AFPA est à revoir et c’est un vrai sujet qu’il faudra bien prendre en compte

Quelle est votre position sur le fait de ne laisser qu’un Centre par département (info donnée par ex DR) ?

Réponse : si le département a besoin de 5 Centres ,il y en aura 5. S’ils n’en n’ont pas besoin, alors, il n’y en aura plus. C’est le poids économique et le potentiel de notre activité pérenne qui définira le nombre de centre.

Question d’actualité

La délégation CGT avait posé une question diverse au CRE de Juillet portant sur le montant du loyer de l’immobilier que nous payons à L’État.

La réponse fournie par la direction régionale est très inquiétante…

Zone d'informations réservée aux internautes CGT AFPA connectés. Pour y accéder, utiliser le menu ZONE RÉSERVÉE / Connexion (ou S'inscrire)...

Ou l’AFPA va-t-elle trouver cet argent ?

De plus, même si les bâtiments sont maintenant dévolus à l’AFPA, nous aurons des charges énormes de remise en état, de mise aux normes et d’entretien.

Encore une charge qui va impacter notre résultat économique et nous tirer vers le bas !

Situation économique et financière

La DR ne peut pas nous donner les résultats en CA car il n’y a pas d’arrêté effectué en juillet.

Quel dommage ! Mais pas d’inquiétudes nous arriverons en fin d’année à l’EBE annoncé initialement.

La CGT rappelle que cet EBE est de -13 M€ pour RHÔNE-ALPES et de -16.9 M€ pour AURA. Nous ne pouvons nous en féliciter.
La CGT constate que l’appel d’offre avec le CONSEIL RÉGIONAL est catastrophique puisque 78% des lots qui ont eu une réponse sont négatifs pour l’AFPA.

Il reste 64 actions en attente qui ne verront peut-être jamais le jour.

Les Centres comme Rillieux, Bourg-en-Bresse, Roman, Vénissieux n’ont obtenu aucun lot. Le DR n’est pas inquiet, la vague 2 va être beaucoup plus positive ! Ah bon et pourquoi donc ?

PRÉPA COMPÉTENCE : La DR a annoncé à l’AFPA nationale la non-atteinte des objectifs de juin à septembre, mais elle s’est engagée sur le rattrapage de ce retard sur les 3 derniers mois de l’année.

CONTACTS CGT

Représentante Syndicale
au CRE :

Mylène CHARRE

Les élus CGT au CRE :

Lionel SORLIN
Valérie STEFANINI
Régis LECU

Déléguée Syndicale Régionale :

Carmela BAFFIERA

Le maire de Vénissieux à propos de l'AFPA
Agir acte 2 : Lyon Vénissieux