itc chs-ct pour la 2ème filiale

DÉCLARATION

DE LA DÉLÉGATION

CGT 

Comité Central d’Entreprise du 19 septembre 2017


Madame la Directrice générale,

La délégation CGT veut vous informer de ce qui se passe actuellement à l’AFPA, dans la vie quotidienne des centres. Les salariés sont dans un état d’usure que vous semblez ignorer : RPS, TPS, etc. Le personnel est usé, tout comme notre maison.

Vendredi, vous annoncez au personnel des pertes record et vous demandez aux salariés des efforts supplémentaires ? Mais nous sommes déjà à la moelle !

Comment et pourquoi pourrions nous croire en l’efficacité de vos remèdes ?

Cela fait des années que nous sommes dans une situation critique. Nous passons de plan stratégique en plan de refondation, sans ne jamais voir aucune amélioration malgré les engagements des directions générales successives. Et la cerise sur le gâteau : des Plans Stratégiques Régionaux. Vous prenez le risque d’aller là où ne sont pas allés vos prédécesseurs en mettant en place ces Plans Stratégiques Régionaux, qui représentent à nos yeux un risque d’éclatement de l’AFPA en 13 Régions, quelle avancée… même certains de vos Directeurs Régionaux sont sceptiques…

Quand allez-vous comprendre que les salariés n’y croient plus ?

Depuis le plan de refondation, qui s’est finalement traduit par un plan de suppressions d’emplois déguisé, l’AFPA n’a jamais compté aussi peu de salariés qu’aujourd’hui. Et malgré ces efforts supportés par les salariés, les pertes n’ont jamais été aussi importantes. Cette logique effrénée de réductions des effectifs et des charges donne la preuve que cela ne marche pas ! Nous l’avions bien dit et dénoncé !

Et la qualité de nos formations dans tout cela ? Savez-vous ce qu’en disent les stagiaires sur les réseaux sociaux ? Avez-vous pris le temps de lire les enquêtes de satisfaction des stagiaires ? Cette politique d’austérité n’a fait qu’accroître la perte de qualité de nos formations et dégrader notre image et notre notoriété.

Cette logique gestionnaire amène l’AFPA droit dans le mur, vers sa disparition !

Le personnel ne croit plus que de nouveaux « sacrifices » permettront de sauver l’AFPA, car ils sont témoins des conséquences des choix de vos prédécesseurs, une logique que vous semblez vouloir aggraver :

  • Dégradation des conditions de travail
  • Baisse de la qualité de nos formations
  • Baisse du nombre de Demandeurs d’Emplois formés
  • Plateaux techniques dégradés ou obsolètes
  • Précarisation des emplois
  • Fuite des supports pédagogique
  • Suppression de 3 000 emplois
  • Accroissement de la productivité pour tous
  • Pression de la hiérarchie
  • Etc.

Alors, Madame la Directrice Générale et Monsieur le Président du CCE, la délégation CGT pense que ni les « sacrifices supplémentaires », ni les Plans Stratégiques « nouvelle formule », ni les économies de bouts de chandelle, et encore moins la poursuite de la suppression d’emplois ne permettront de sauver l’AFPA.

A moins que, finalement, la mission qui vous a été confiée ne soit pas celle du développement de l’AFPA, mais bien celle d’un retour à l’équilibre, par tous les moyens, quoi qu’il en coûte pour ses salariés et ses usagers ?

A contrario, la délégation CGT défend un projet d’avenir pour l’AFPA et ses salariés attendent une direction générale, en mesure de négocier avec le Conseil d’Administration, et en particulier les ministères de tutelle. Un projet qui replace l’AFPA comme le premier organisme de formation professionnelle de Service Public au service de nos concitoyens, des entreprises et des territoires.

Ce qui passe, entre autres, par :

  • L’effacement de la dette de l’AFPA
  • Des budgets d’investissement à la hauteur des besoins, notamment pour la remise en
    état et aux normes des centres
  • Des créations d’emplois en CDI permettant de répondre aux besoins de qualification des
    demandeurs d’emploi
  • Le financement intégral des moyens mobilisés pour permettre la réussite de chaque
    formé à la hauteur de ses besoins et jusqu’à son insertion professionnelle
  • Une amélioration de la qualité de nos formations, passant par le recrutement de
    personnel qualifié, des plateaux techniques en état et des publics adaptés
  • La remise en place de collectifs de travail dans les établissements
  • Une appartenance réelle au Service Public de l’Emploi
  • Un dialogue social digne de ce nom
  • etc.

 

105 visites au total, 1 aujourd’hui

Déclaration des élus du CCE du 19 septembre
CCE extraordinaire du 21 juin 2017