logo CGT AFPA

Déclaration CGT au bilan de « l’accord collectif de travail portant les dispositions particulières applicables aux formateurs itinérants »

Réunion du 11 mai 2017


Annexe 4 : « analyse des déplacements »

Analyse des kilomètres cumulés pour les années 2015 et 2016.

Cette analyse porte sur 117 formateurs itinérants pour 2015 et 146 pour 2016

Lors du dernier bilan, la CGT vous avait alerté sur l’augmentation des distances et/ou des temps de trajet important au dispositif itinérants.
Elle vous avait rappelé l’esprit de l’accord qui devait viser à limiter autant que possible le périmètre géographique des missions et la distance des trajets.

Or, les chiffres que vous nous avez communiqués tendraient à prouver que notre alerte est restée « lettre morte », que vous n’en avez absolument pas tenu compte puisque les temps de trajet stagnent, voire augmentent même légèrement.

À la lecture des données, il s’avère que :

  • La moyenne kilométrique par formateur a augmenté de 901 km, elle était de 18 255 km fin 2015, elle est de 19 156 km, soit une augmentation de 5 % (11 % sur deux ans).
  • Le premier quartile montre une augmentation des cumuls de 540 km .
  • Concernant la médiane ou deuxième quartile, celle-ci est en hausse. Elle était de 18 489 fin 2015, elle est de 19 152 fin 2016, soit une augmentation de 663 km (3,5%). 3 487 km par rapport à 2013, année où la direction s’était attelée à réduire les distances.
    En regardant à la frontière de cette médiane, nous nous apercevons que 50% des formateurs (73 formateurs) ont un cumul kilométrique supérieur à 19 152 km.
    À noter : ce cumul est à peu près à même niveau que les troisièmes quartiles des années 2010 et 2013.
  • Le troisième quartile est en légère augmentation.
    Le nombre de kilomètres pour celui-ci fin 2015 était de 22 482 km, il est de 22 699 km. Soit une hausse de 217 km (moins de 1%). 1 773 km sur deux ans, 2 975 par rapport à 2013.
  • Le dernier quartile stagne : le dernier formateur est à 36 563 soit 416 km de plus qu’en 2015 (7 540 par rapport à 2013).
    À noter : l’écart moyenne / médiane pour 2015 montre une distribution homogène (la moyenne est sensiblement égale à la médiane), ce qui tendrait à dire que le dernier formateur ne serait pas à la marge et que plusieurs formateurs seraient au-dessus de 30 000 km.

À la lecture de ces chiffres, nous constatons que les distances parcourues n’ont aucunement diminué.

50 % des formateurs au-dessus de 19 152 kms, 25% entre 22 699 et 36 563 km.
La moyenne kilométrique pour la médiane est de 638 kilomètres aller par semaine (base : moyenne de 30 semaines travail/an)

La délégation CGT tient à vous rappeler que l’article 10 de l’accord sur « les dispositions applicables au dispositif itinérants » vise à limiter autant que possible le périmètre géographique des missions et la distance des trajets.
Les chiffres que vous nous avez communiqués tendraient à prouver le contraire.

Cet article stipule aussi qu’une compensation financière (indemnité forfaitaire de déplacement) a été mise en place en lien avec cette organisation. C’est-à-dire, en lien avec la réduction des distances et du périmètre géographique.
Qu’en est-il ?

Les distances s’allongent, le temps passé sur la route augmente, les heures passées au volant hors temps de travail augmentent aussi (heures retour de mission en majorité) et l’indemnité forfaitaire de déplacement ne tient pas compte de ces augmentations de distances.

Cette augmentation est d’autant plus incompréhensible, que le dispositif itinérants ne répond qu’a 15 % des demandes.
Dès lors, comment expliquer ces distances importantes alors que le discriminant (mais existe-t-il toujours) régional mis en place au dispositif est censé minimiser les distances et que la forte demande des centres AFPA permet de respecter celui-ci.

À titre d’information : les temps passés sur la route sont respectivement de : 169 heures pour le premier quartile, 212 heures pour le second, 252 pour le troisième et 406 pour le dernier formateur.
75% des formateurs itinérants ont un temps de trajet qui oscille entre un peu plus d’un mois de travail à presque 3 mois (base : 90 km/h).

En estimant que ces temps se déroulent pour 75 % hors temps de travail, les formateurs itinérants passent entre 3 semaines à 2,5 mois de travail, même si celui-ci n’est pas du « temps de travail effectif », pour la modique somme de 1 200 € annuel.

Nous sommes bien loin d’une compensation équitable !


 

Courrier Intersyndical au Premier Ministre le 19 mai 2017
Communiqué du 10 mai, CGT, CFDT, FO, SUD et CFTC de l’AFPA aux salariés