logo CGT AFPA

Échos du CRE Lorraine

Séance ordinaire du 22 novembre 2016


EPIC et plouf ?

Pas vraiment convaincus, ni vraiment  convaincants, les élus  CFDT au CRE de  Lorraine ont respecté la consigne de leur centrale en boycottant cette séance du CRE. La CGT AFPA ne s’est pas associée à cette démarche au vu des revendications portées qui, si elles sont certes légitimes ne relèvent pas de l’instance régionale ; même position de la délégation FO. Vous trouverez plus loin  la déclaration commune  et les revendications  régionales des élus  CGT  et FO.  La  CFDT boycottera-t-elle le prochain CCE ? A suivre…

Emploi : Étrange comptabilisation des effectifs de la DR Grand Est

Les élus réclamaient que les salariés de la nouvelle DR ne soient pas comptabilisés avec ceux de l’unique région Lorraine, et ils ont été exaucés ! Mais, alors que la DR affichait 155 salariés en septembre, l’effectif moyen présenté en octobre tombe à … 145, s’affichant au plus proche des effectifs des 4 dernières années (nous étions 147 dans les 3 ex DR en 2013). A bien observer ces nouveaux  tableaux concoctés  par la direction, on  constate que  cette moyenne porte sur seulement 8 mois, puisqu’en janvier et février, les salariés de la DR Grand Est étaient encore comptabilisés dans leur région initiale. Donc soyez rassurés, il n’y a pas de perte d’effectifs en DR ; à raison de 2,75 ETP supplémentaires par mois depuis mars, nous serions, selon nos calculs plus proche de 160 en fin d’exercice 2016. Concernant les centres, pas de surprise : ça baisse toujours. Nous serions 645, contre 743 en 2013, toujours selon la direction !
Augmentation toutefois des effectifs formateurs en Lorraine : plus 6 ETP suite au plan 500 000 nous dit-on, mais ce sont encore des CDD et la Lorraine affiche toujours la plus forte proportion de CDD de la région Grand Est ! Maigre consolation…

Production : « pas la cata, mais décevant » !

La production de septembre, présentée « décevante » le mois dernier par le DR est aujourd’hui qualifiée de « catastrophique »… et celle d’octobre est « mieux, mais pas à la hauteur ». On attendait 650000 HTS, mais un peu moins de 580000 sont au rdv. Et pourtant, les présences en fin de mois sont estimées satisfaisantes ; alors la direction évoque des explications comme des entrées sur la fin du mois ou des départs importants en fin de mois. Concernant l’atterrissage en fin d’année, vu le démarrage tardif du plan 500000, on serait entre 82 et 83 millions au lieu des 87 prévus. Et pourtant, « la Lorraine va plutôt bien s’en sortir » comparée à d’autres régions, et les ratios de productivité par formateur lorrain seraient en hausse : 1221 HTS / formateur en octobre contre 1170 en septembre. Mais la CGT dénonce un mode de calcul trop simpliste prenant en compte tous les effectifs de la catégorie 9, dont des formateurs qui ne sont pas en face à face sur la période, ce qui dégrade considérablement le résultat des efforts fournis.
Coté marché des entreprises, l’objectif 2016 est de 9,4 millions. Le directeur du développement, annonce un atterrissage 2016 à 8,4, malgré les 2,5 millions de retard pris en début d’année en raison du démarrage tardif et de la constitution des nouvelles équipes. L’objectif 2017 sera au niveau de celui de 2016 . Trois « marqueurs essentiels » de la démarche commerciale 2017: l’aide au recrutement que le nouveau conseil régional pourrait acter par une aide à la formation en faveur des entreprises qui embauchent, la montée en compétence des salariés et les obligations réglementaires considérée comme cheval de Troyes et outil de conquête.
En 2016, les objectifs du marché des entreprises Lorrain représentent 46% des objectifs du Grand Est, et fin octobre le CA réalisé par la Loraine est supérieur à 50% du CA total réalisé en grande région. Ici encore, la CGT revendique une reconnaissance et une augmentation des RH en Lorraine, essentielles aux nouveaux enjeux du développement. Ce n’est pas par une politique de précarité des RH que l’on fera face aux nouveaux enjeux de développement, sauf à prendre un risque inacceptable, celui de conquérir des marchés que nous devrons faire réaliser hors AFPA !

Harmonisation des classifications des AT : insuffisant !

Le DRHDS annonce une nouvelle vague de revalorisation des AT : le passage en classe 7 deviendrait automatique après 5 années d’ancienneté. Les intéressé(e)s devraient en être informé(e)s par courrier rapidement et cela pourrait être acté sur la paye de décembre. Mais la DRHDS précise que ce ne serait qu’une validation « de principe » et il attend la mise en oeuvre par le national. Les 5 années d’ancienneté doivent être estimées en prenant en compte les périodes d’activités similaires à celle des AT. Mais, discrimination inacceptable, les Assistantes Commerciales ne sont pas actuellement éligibles ! Le DRHDS botte en touche et renvoie la responsabilité au national. La CGT AFPA revendique une réelle harmonisation de toutes les fonctions d’assistanat, car ici encore les efforts attendus au sein de la nouvelle organisation de l’AFPA, dont la gestion de nouvelles activités comme le partage de nos plateaux techniques avec d’autres opérateurs de formation génèreront des surplus d’activité.

L’EPIC doit « permettre de pérenniser l’AFPA, mais ne règle pas nos déficit, et des efforts seront encore à faire sur l’optimisation des coûts » nous rappelle le DRHDS. Nous l’avons bien compris, mais l’entrée dans la nouvelle organisation ne se fera pas sans améliorations de nos conditions de travail.


DECLARATION DES DELEGATIONS CGT ET FO AU CRE LORRAINE DU 22 NOVEMBRE 2016 :

La CGT AFPA et FO AFPA partagent les revendications énoncées ce jour dans la déclaration de la CFDT. Mais celles-ci interpellent les plus hauts niveaux de décision, ceux de l’Etat, des ministères, de la direction générale de l’AFPA, des Conseils Régionaux. C’est-à-dire au-delà du niveau de compétence du CRE Lorraine.

Dans le contexte actuel de la communication de la direction générale de l’AFPA, qui inquiète à vouloir trop rassurer, la CGT AFPA et FO AFPA souhaitent aujourd’hui, dans le cadre d’une des dernières réunions de cette instance à l’échelon de la région Lorraine, interroger le Directeur Régional sur la déclinaison des dernières décisions annoncées :Monsieur le Directeur Régional, nous vous demandons au court de cette séance de :

  • Fournir la liste nominative des positionnements des salariés Lorrains dans la nouvelle organisation entre l’EPIC et ses 2 filiales.
  • Préciser les possibilités de recours aux contrats hors CDD pour l’EPIC et ses filiales.
  • Préciser l’organisation en région des 2 filiales et leur management, ainsi que les modalités de transfert des actuels contrats de travail.
  • Présenter les revues d’activités de ces filiales, leur budget prévisionnel, leurs évolutions attendues et les conditions de leur rentabilité à l’échelle de la région lorraine ou Grand Est.
  • Clarifier les effets du plan 500 000, que vous nous avez présentés lors du CRE d’octobre en deçà des objectifs prévu.      

Par ailleurs, au regard de l’expertise commanditée par l’IC CHSCT établissant un état de ” troubles psychosociaux à l’AFPA “, nous vous demandons également de vous engager à ouvrir au plus vite un chantier régional, notamment de régularisation des situations RH litigieuses, ces dernières n’ayant pour effet que d’accroître le sentiment d’anxiété et d’handicaper le climat social de la future organisation.

Échos du CRE Lorraine janvier 2017
Échos du CRE Lorraine octobre 2016