logo CGT AFPAÉchos du CRE Lorraine

Séance ordinaire du 20 octobre 2016


Maintenant, ça urge ?

Cette séance particulière de CRE s’est tenue dans un contexte national où une information consultation est en cours, sur le processus d’évolution statutaire de l’association.

Emploi : précarité gagnante !

155 ETP! C’est l’effectif de la direction régionale grand Est à fin septembre. Ce sont presque  exclusivement des CDI, et ils augmentent régulièrement depuis le début de l’année. Dans les centres, c’est une toute autre approche, le président s’en explique : c’est le marché qui impose le recours aux CDD, par le manque de pérennité des actions à conduire. Ce serait donc nos commandes qui nous rendraient de plus en plus précaires… La CGT conçoit que certaines commandes mineures ne puissent effectivement justifier l’embauche de CDI. Mais elle dénonce la normalisation de cette politique RH de précarité, à un moment crucial de notre devenir qui ne passera que par le développement de l’activité. La qualité et la disponibilité des ressources humaines est aussi un facteur de développement. La CGT note également une disparité de cette précarisation selon les sub régions du Grand Est ; alors que la part des CDD est de 16,45% de l’ensemble des effectifs de la grande région, elle atteint presque 24% en Lorraine, territoire qui produit près de la moitié des précieuses HTS du Grand Est. On gagne certes en effectifs formateurs au niveau grande région en septembre (9 en plus, mais lorsque l’on gagne 13,5 ETP CDD on perd 4,5 CDI) ; mais en Lorraine on perd sur toute la ligne : 4 ETP formateurs en moins, dont 2 CDI !
La CGT AFPA attend donc un changement de politique RH en conformité avec l’ambition de développement que l’on prétend porter dans une AFPA investie de nouvelles missions de services publics. Une vague de CDIsation s’impose, et prioritairement en Lorraine !

Production : oups !

Et la production ? Septembre est « décevant » nous dit le président, « on n’est pas au rdv ». L’effet attendu du plan 500000 aura quelques retards, dus à des déprogrammations, des actions décalées,…et puis les 4 premiers mois n’avaient pas été bons. On est au même niveau que 2015, et en Lorraine il manque 224000 HTS par rapport à un objectif qui, le président nous le rappelle a été dicté par la direction nationale. Déjà au mois de mars on savait que l’on n’atteindrait pas le budget, nous dit le président qui reste toujours optimiste pour les mois à venir… Un discours que la CGT et l’ensemble des élus entendent régulièrement, avec beaucoup d’inquiétudes sur les capacités de nos dirigeants à anticiper les évolutions du marché plus qu’à les subir.
La CGT Lorraine voit également dans la répartition de nos activités et de nos financeurs dans l’un ou l’autre des futurs pôles une source supplémentaire d’interrogation : en effet les activités qui relèveraient du Pôle 2 de l’EPIC , conduites en grand Est au 1er semestre 2016 ont été atteintes à plus de 95% des objectifs qui leur avaient été assignés, alors que celles qui relèveraient du pôle 3 de la filiale ne l’auraient été qu’à 80%… Car ce sont bien les 2 marchés financés par les « organismes paritaires » et par les « entreprises » qui constituent l’essentiel des ressources de la filiale. C’est pourquoi il est plus qu’urgent que l’on puisse constater les effets positifs des organisations et réorganisations successives des services développement de l’AFPA ; mais on ne les voit toujours pas !

Evolution statutaire : chutt…

Ce point de l’ordre du jour ne sera que survolé, la direction régionale étant très respectueuse de l’information consultation en cours, et à ce titre ne pouvant communiquer sur le sujet. Concernant les positionnements des salariés sur l’un ou l’autre pôle, les informations et entretiens individuels initiés en juin seront repris, dès que le national aura reprécisé  « les consignes ». De plus une communication du président le 28 prochain est attendue.
Un document d’avant-projet du budget de l’EPIC et de sa filiale est présenté aux élus, avec un prévisionnel de 765 000 k€ de produits d’exploitation, dont 76% réalisés par les 2 pôles de l’EPIC et le reste par la filiale. Ce qui inquièterait ici aussi, c’est la réelle pauvreté du document…
La direction évoque toutefois l’accueil des migrants, qui va devenir opérationnel en Lorraine. L’AFPA ne participera qu’à l’hébergement et la restauration, au travers d’une association avec laquelle elle conventionne la mise à disposition de certains de nos locaux. Un bâtiment à part leur sera dédié au centre de Metz, préfigurant une structure à moyenne durée, à savoir 3 années. La CGT interroge sur les possibilités d’évolution de cette nouvelle mission vers les migrants ; le président informe qu’en Ile de France, l’AFPA travaille avec des opérateurs de l’intérim à un projet d’accompagnement et de formation. On pourrait donc être plus qu’un simple bailleur !

Qualité : le retour !

La nouvelle responsable régionale qualité nous présente les missions qui viennent de lui être confiées. Une impression de déjà entendu pour les élus. Seule la région Lorraine est déjà intégrée à la Certification nationale de l’AFPA, mais en région Grand Est, les 2 autres ex régions devront aussi l’être pour le 1er trimestre 2017. Les 2 axes principaux de cette démarche qualité ? La maîtrise opérationnelle et l’amélioration continue ! A la CGT, on aime.

Echos du CRE Lorraine de novembre 2016
AFPA Lorraine : la grève au centre de Nancy !