logo CGT AFPALes élus du LIMOUSIN (FO, CGT, CFDT) contraints de quitter le CRE, c’est une première !

Après la lecture de la Motion, les élus ont tenté de poursuivre le CRE. Devant l’attitude de la Direction et l’impossibilité d’avoir des échanges constructifs sur les questions RH, le dialogue social semble, à ce stade, dans une impasse.


Motion de défiance du CRE AFPA Limousin du 21 février 2018 :

Les élus du CRE s’inquiètent du climat délétère qui s’installe dans les Centres de la Région Nouvelle Aquitaine. En effet, on y assiste à une multiplication des procédures disciplinaires et à une difficulté croissante à régler les questions sociales de façon respectueuse et bienveillante.

A ce jour, on recense à minima 8 procédures sur l’ensemble du territoire Nouvelle Aquitaine.

Le Comité Régional d’Établissement Limousin dénonce les postures communes du DRH-DS et du DR de la Nouvelle Aquitaine qui se veulent autoritaires, rigides et sans concessions vis-à-vis des salarié(e)s et de leurs élus.

Les élus du CRE constatent une rupture du dialogue social, contrairement à ce que le DR avait annoncé à son arrivée. Pire même, les élus qui défendent des dossiers et assistent les collègues se voient attaquer personnellement et remis en cause dans leurs prérogatives. Les refus sont autoritaires et il devient impossible de trouver des compromis.

Les élus du CRE vous alertent également sur les risques psychosociaux et sur le nombre d’arrêts maladie, accidents de travail qui ne cessent d’augmenter, ce qui n’est pas le fruit du hasard. Dans ce cadre, nous vous rappelons que les CHSCT sont toujours effectifs et qu’ils ont autorité à mettre en place une expertise pour « risques graves » conformément à l’Article L4614-12 du Code du Travail.

Nous savons tous que la « chasse aux sorcières » est ouverte au plan national. Ce ne sont pas par toutes ces sanctions prises à la va-vite et souvent sans preuves que vous solutionnerez les difficultés économiques qui nous affectent tous. L’objectif de la Direction est-il d’obtenir des licenciements « Low cost » ? En d’autres termes, ce n’est pas en licenciant à bas coût et en faisant régner un climat de terreur que la direction générale de l’AFPA comblera les difficultés économiques, si telle était son intention.

N’oublions pas que c’est avant tout au professionnalisme et à l’engagement de ses salariés que l’AFPA doit sa renommée et sa notoriété et que c’est aussi grâce à leur mobilisation, à tous les moments difficiles de son histoire, que l’AFPA existe toujours !

A une époque où se multiplient les réflexions sur le bien-être au travail et ses effets sur la productivité, à l’heure où des reportages vantent des jeunes entreprises qui misent sur la qualité de vie de leurs salariés pour s’assurer de leur investissement, comment ne pas considérer que l’AFPA s’inscrit ainsi dans le moyen âge !

Et en usant de ces méthodes archaïques qui tirent la condition salariale vers le bas et qui optent pour une marche forcée à coups de bâtons, comment ne pas considérer que c’est l’AFPA elle-même que l’on maltraite et que l’on saborde !

Nous y voilà. Ne serait-ce pas l’objectif inavoué ? Sabordage et changement de modèle aux forceps !

Dans ces conditions, ne vous étonnez pas si les élus sont amenés à durcir leur position ! Car, nous ne vous laisserons pas dégrader les conditions de travail des salarié(e)s de l’AFPA encore plus que ce qu’elles le sont ! Pas plus que nous vous laisserons malmener l’AFPA en la minant de l’intérieur.

Les élus vous demandent de ne pas être complices de cette politique mais plutôt de vous préoccuper de la santé physique et morale des salariés sous votre responsabilité, de cesser cet acharnement aveugle et de revenir à un dialogue avec les élus constructif et respectueux.

Considérant que la seule richesse de l’AFPA, c’est celle que constituent ses salarié(e)s et qu’elle se doit d’être ménagée, protégée et valorisée. Montrez-nous, par vos attitudes et prises de position, que vous partagez ce point de vue et permettez-nous de retrouver, à l’égard des dirigeants que vous êtes, une confiance qui est en train de s’éroder…

Limoges, le 21 Février 2018


Déclaration au CRE Limousin février 2018⎪transport et logistique
CRE Aquitaine du 16 janvier 2018