logo CGT AFPALes inégalités salariales ne peuvent plus durer ! À l’AFPA, les femmes travailleront bénévolement à compter du 27 novembre à 10h45 !


L’an dernier, nous avions relayé l’appel du collectif Les Glorieuses, à l’initiative de mouvements pour l’égalité salariale. Une initiative reconduite en 2017, car le temps de l’égalité salariale entre les femmes et les hommes n’est pas encore venu, loin s’en faut…

Cette année en France, c’est à partir du 3 novembre à 11h44 et 9 secondes (1), que les femmes ont cessé d’être payées et travaillent donc « bénévolement ». Choquant, n’est-ce-pas ? En étant payées 15,8 % de moins que les hommes, les femmes travaillent « gratuitement » pendant 39,7 jours ouvrés. En d’autres termes, s’il y avait une égalité des salaires en France, elles pourraient s’arrêter de travailler le vendredi 3 novembre 2017 à 11h44 et gagner autant sur l’année 2017. Un écart qui continue à se creuser en France…


Et à l’AFPA, on en est-où ?

Selon le Bilan Social 2016, l’écart salarial entre les Femmes et les Hommes est de 8,6 % en moyenne. Un écart qui reste inacceptable au sein d’une Agence qui dispose d’une grille de salaire identique pour toutes et tous. Des salaires moins importants à l’embauche et des évolutions salariales en cours de carrière moins élevées pour les femmes expliquent cette différence. Selon notre calcul :

A COMPTER DU 27 NOVEMBRE A 10H45, LES FEMMES TRAVAILLERONT BÉNÉVOLEMENT(2).

Nous pouvons toutes et tous agir pour obtenir la suppression de ces écarts et construire l’égalité professionnelle Femmes/Hommes. Car l’inégalité ne se traduit pas que par les salaires : il faut :

  • Revaloriser les métiers à prédominance féminine (salaires et qualifications)
  • Supprimer les écarts de carrière
  • Lutter contre la précarité et les temps partiels
  • Prévenir les violences et protéger les victimes (harcèlement sexuel).

Alors, à partir du 27 novembre, c’est l’occasion de se faire entendre : la CGT appelle les salariées et les salariés à se réunir, à interpeller les directions, etc., pour exiger l’application de la loi « A travail de valeur égale, salaire égal ! » et la suppression des écarts de salaire. Les négociations avec la direction n’ont pas permis d’aboutir à un accord, la direction mettant en avant les difficultés économiques de l’AFPA pour ne pas supprimer ces écarts. Une discrimination supplémentaire envers les femmes…

Bénévole AFPAN’hésitez pas à demander et à porter le badge !

A l’AFPA comme ailleurs, l’égalité salariale est un droit !


(1) Selon les chiffres de l’Union européenne, Eurostat, 2017, The life of women and men in Europe : a statistical portrait

(2) Calcul : le temps de travail en 2017 = 1596h / l’écart salarial en 2017 = -8.6 %, soit 137,25 h. A partir de la 1458ème heure, les femmes travaillent gratuitement à l’AFPA, soit le 27 novembre à 10h45 (base journée de travail théorique de 7h selon un horaire type de 8h à 12h et de 13h à 17h)


#27NOV10h45

145 visites au total, 2 aujourd’hui

Communiqué intersyndical aux salariés décembre 2017
SAUVONS LE CENTRE D’ÉGLETONS