Vénissieux

Le maire de Vénissieux s’exprime

Intervention de Mme Picard, maire de VÉNISSIEUX, lors de l’action de la CGT le 11 octobre 2018 devant l’AFPA de Vénissieux.


Une fois de plus, les coups pleuvent sur les salariés de l’AFPA.

  • Après la décentralisation de la formation vers les conseils régionaux.
  • Après la mise en concurrence et la marchandisation de la formation professionnelle décidée par Bruxelles.
  • Après la suppression de 4 000 postes en 10 ans, la situation pourrait s’aggraver considérablement.
  • Alors même que le gouvernement multiplie les annonces sur l’importance de la formation et de l’accompagnement, il décide la suppression, dans le cadre du Projet de Loi de Finances 2019, de 550 équivalents temps plein.

Des mesures qui réduisent les capacités d’actions et d’interventions de l’AFPA.

  • Aujourd’hui, on annonce la fermeture de 20 à 40 centres en France.
  • Le déplacement de 600 administratifs.
  • Des services qui vont se retrouver sans centre de rattachement.
  • Et un plan de départ volontaire qui touchera près de 1 500 agents.

Ce n’est ni plus ni moins que la casse du service public de formation professionnelle qui est en marche.

  • Cette situation est intolérable !
  • Dans un contexte économique et social de plus en plus saccagé,
    où le chômage augmente,
    où la précarité touche de plus en plus de nos concitoyens,
    cette situation est incompréhensible au regard des besoins en formation des populations qui ne cessent d’augmenter.

Une fois de plus le gouvernement se désengage de ses missions régaliennes.

  • Il n’est pas à la hauteur des enjeux de société => chômage, formation.
  • L’État sape délibérément l’insertion et la formation.
  • C’est une attaque sans précédent de l’un de nos acquis du Conseil National de la Résistance.
  • On assiste au démantèlement d’un fleuron de la formation professionnelle.

La mise à mort de l’AFPA

  • Ce sont des dizaines de milliers de demandeurs d’emplois qui n’auront plus accès à des formations de qualité.
  • C’est un accès aux formations inégalitaire sur tout le territoire.
  • Comment peut-on vivre si on ne peut plus rebondir dans son parcours professionnel !
  • Au final ce seront les plus fragiles qui seraient privés d’organismes pour les former et seraient encore un peu plus laissés pour compte.

L’AFPA est et doit rester une association d’utilité publique.

  • C’est un outil fondamental pour lutter contre le chômage.
  • Un outil de la seconde chance pour les publics les plus éloignés de l’emploi.
  • L’AFPA a un rôle déterminant dans l’accès à la formation pour tous, pour que chacun puisse construire son propre projet de vie.

En tant que Maire, j’apporte mon soutien sans réserve au mouvement des salariés de l’AFPA.

  • Pour lutter contre le chômage qui frappe nos quartiers, notre jeunesse, je crois plus que jamais au triptyque éducation / Formation / Emploi.
  • Il est urgent de mettre en place un plan ORSEC pour la formation et l’insertion.
  • Face aux enjeux de la formation professionnelle, l’AFPA doit être conforté ; les moyens humains et financiers doivent être maintenus et les missions de service public réaffirmées.
  • Syndicats, élus, salariés, privés d’emplois, citoyens, chacun de nous doit se mobiliser pour préserver notre service public de formation.

Mme Picard, maire de Vénissieux


VénissieuxDénonçant la suppression programmée de postes, la CGT appelait ce jeudi 11 octobre 2018 à une journée d’action sur le site de l’AFPA Vénissieux pour la défense du service public de formation.

Cliquez ici pour consulter un article de presse…

Une information de la CGT AFPA RA, octobre 2018

CRE Rhône-Alpes novembre 2018
CRE Rhône-Alpes septembre 2018