logo CGT AFPAUn Conseil d’Administration (CA) de l’AFPA est convoqué le jeudi 18 octobre 2018 au matin.

Il semblerait que les choses s’accélèrent… ou bien que l’on veuille rattraper le temps perdu !


Dans la convocation qu’il vient d’adresser aux administrateurs, le nouveau président de l’AFPA indique vouloir répondre à leurs questionnements.

Danger

Dans l’attente d’un ordre du jour, les administrateurs s’interrogent : les mesures du plan d’entreprise sur lequel la directrice générale travaille avec son équipe rapprochée et les ministères (après l’adoption des orientations stratégiques lors du CA du 3 avril 2018) seront-elles annoncées lors de ce Conseil d’Administration ?

Il est vrai que l’AFPA, son personnel et la qualité des services rendus sont déjà au plus mal :

  • en l’absence de toute information émanant de l’équipe dirigeante, que ce soit auprès des Instances représentatives du personnel, notamment du Comité Central d’Entreprise, et des organisations syndicales,
  • après les annonces par la ministre du Travail de la suppression à l’AFPA d’au moins 550 ETP dans le cadre du Projet de Loi de Finances 2019 (PLF),
  • avec une activité 2018 très en retrait, le Chiffre d’Affaires à mi-août est à -65 millions d’€ par rapport au budget 2018 pourtant construit avec des hypothèses déjà les plus minimalistes : « les équilibres économiques restent très détériorés et la trésorerie devra être soutenue par des moyens exceptionnels très importants car les besoins sont colossaux »,
  • par une politique de non remplacement des départs, l’AFPA a déjà perdu plus de 1000 ETP à fin août 2018 par rapport à la même période 2017.

Le syndicat CGT-AFPA l’a dit et sans cesse répété, le problème essentiel, prioritaire de l’AFPA repose sur 2 paramètres fondamentaux :

  • le niveau d’activité,
  • les prix de vente unitaires.

Sur ces 2 registres, le passage en EPIC n’a évidemment rien résolu, mais plus grave, la situation a empiré : il suffit de voir le trop peu de stagiaires dans nos centres pour constater le gâchis de la non utilisation de ce puissant outil au service de la qualification des adultes que constituent nos méthodes pédagogiques, nos formations et nos équipes de salariés sur un maillage territorial en proximité des besoins.

Alors que pourrait-il sortir de bon des annonces à venir ? Rien de bon si nous ne sortons pas des réductions drastiques de voilure qui ne résoudront rien, comme rien n’a été résolu par la suppression de plus de 3 500 emplois CDI au cours des 10 dernières années.

Le syndicat CGT-AFPA considère qu’il est urgent de reconsidérer le rôle et la place de l’AFPA dans le cadre des politiques publiques de l’emploi et de la formation. La situation du chômage du pays engendre des coûts et des charges bien plus importantes pour la société que l’investissement nécessaire pour garantir des services de qualité aux usagers de l’agence AFPA. Il est temps que les politiques, y compris au plus haut niveau, s’emparent véritablement d’une vision politique et économique prospective et de long terme en matière de formation professionnelle des adultes.

Le syndicat CGT-AFPA a pris la décision d’alerter, d’informer et d’interpeller les salariés, les citoyens et les décideurs :

Il y a urgence à agir avant que tout ne soit décidé sans nous !


Montreuil, le 3 octobre 2018

Négociations salariales
Se mobiliser le 9 octobre 2018