Les Vampires de l’AFPA, Acte II

vampire

Il y a un mois, la CGT interpellait la direction – régionale et nationale – au sujet de la rémunération astronomique du directeur de Douai Cantin. Lors du CSEE des Hauts de France du 24 septembre 2020, les élus ont à nouveau demandé à la Directrice Régionale de s’expliquer sur les sommes annoncées par la CGT.

Mensonge par omission ? La DR HDF qui avait déclaré en CSE HDF que le DC était bien en CDD, nous confirme aujourd’hui qu’une convention a bien été signée avec un cabinet en « management de transition » : ce directeur est donc salarié de l’AFPA (pour quel salaire ?) mais aussi en prestation de service, sur le même poste !!!!

Depuis le mois de mai, la Directrice Régionale a bien tenté d’éteindre l’incendie, en refusant de nous répondre et en omettant de nous donner des informations essentielles. Acculée, cette dernière a dû se résoudre à reconnaître la vérité et par la même confirmer notre sentiment : notre Direction vampirise bien le porte-monnaie de l’AFPA.

Refus de répondre : La DR HDF indique en revanche que les conditions de rémunération annoncées par la CGT sont erronées… malgré la demande d’explications des élus, la DR a refusé de répondre à ces questions pourtant légitimes.

Nouvel épisode : au CSEE du 22 octobre, lors de la présentation du point économique, la délégation CGT interpelle la direction régionale et demande de clarifier plusieurs points ayant subi des explosions budgétaires, notamment la rubrique concernant les honoraires.

La DR confirme que ce dépassement d’honoraires correspond à la prestation de management de transition pour le centre de Cantin.

En résumé, voici le coût réel de ce prestataire (sachant qu’il est en plus sous contrat CDD…) :

dépassement

Cette tendance à la hausse est confirmée par rapport au bilan 2019 :
+252 000 € par rapport à 2019 (+191,9 % par rapport au consommé fin août 2019).

Quoiqu’il en soit, aucun démenti n’a été apporté par la direction, tant au niveau régional que national. Rien de plus normal, puisque les informations de la CGT sont véridiques !

Pour la CGT, rien ne justifie :

  • le recours à un cabinet de consultants pour diriger un centre AFPA,
  • l’usage d’un contrat CDD en parallèle,
  • le non-respect du cadre légal des appels d’offres.

Une prestation d’une valeur d’un demi-million d’€ annuelle devrait faire l’objet d’un appel d’offres. Or, nous n’avons trouvé aucune trace sur la plate-forme des appels d’offres des marchés publics. Pourquoi l’AFPA n’a pas respecté la procédure de mise en concurrence des marchés publics ? En couvrant (voire en encourageant ?) de telles pratiques, la direction de l’Établissement public se décrédibilise !

On comprend mieux pourquoi il est aussi difficile de donner 70 € de plus aux salariés tous les mois, puisque le directeur de Cantin engrange déjà, à lui seul, la part de plus de 400 salariés ! Peut-être n’est-il pas le seul à l’Afpa ?

Interpellée le 15 septembre dernier, la directrice générale est restée muette. Les salariés attendent toujours des réponses précises !

Nous rappelons donc nos questions à madame la Directrice Générale :

  • La Directrice Générale cautionne-t-elle ce genre de pratique ?
  • Est-ce un cas isolé ou une pratique répandue à l’AFPA ?
  • Ces dépenses sont-elles autorisées ? Les services compétents ont-ils exercé leur pouvoir de contrôle (Direction de l’audit, contrôleur de l’état, etc.) ?

La CGT exige :

  • L’arrêt immédiat de cette convention ainsi que le remboursement de l’intégralité des sommes versées à ce prestataire.
  • La nomination d’un directeur au centre de Cantin dans les plus brefs délais, sous contrat de droit commun.
  • Un audit national pour vérifier que de telles pratiques ne sont en cours ailleurs.

 

logo cgt

CGT AFPA, novembre 2020

Inégalité salariale Femmes – Hommes
Hommage à notre Camarade Béatrice