La CGT revendique, comme indiqué lors de notre profession de foi, les éléments suivants dans le cadre de la Négociation Annuelle Obligatoire (NAO).

logo cgt


Concernant les salaires :

salaires

Avant même de parler des augmentations de salaire, la CGT demande un rattrapage de la perte de pouvoir d’achat depuis 2012, à savoir 8,9 % sur 3 ans, à hauteur de 3 % par an.

La CGT demande une augmentation générale en agissant sur 2 leviers.
L’investissement des salariés depuis tant d’années doit être gravé pour l’avenir. Une prime ponctuelle, quoique bienvenue, ne remplacera jamais le bénéfice de cotisations pour nos retraites, nos prestations sociales,… tout ce qui constitue aussi notre salaire indirect :

  • Une augmentation de la PRU de 40 euros à compter du 1er janvier 2020
  • Une augmentation de la valeur du point de 2%

Par ailleurs, il faut investir sur l’avenir de l’Agence et de son personnel ! Si le même montant que celui consacré au PSE était attribué aux salariés restants :

  • 126 M€ /1500 salariés = 84000 €/salarié du PSE
  • 126 M€ pour les 7000 salariés restants sur 15 ans = 100 €/mois sur 15 ans.

La participation doit bénéficier à toutes et tous les salariés :

Le montage juridique EPIC et Filiales a pour conséquence de rendre obligatoire la participation pour les salariés des filiales. On pourrait penser qu’au vu de la situation économique, il n’y aura pas de participation… c’est une erreur ! Le montage est tel que c’est l’EPIC qui supporte tous les déficits, les filiales ne pouvant pas être déficitaires. Dans un souci d’équité, la CGT revendique le partage équitable de la participation au niveau de l’UES, par un accord collectif.


Concernant les frais de déplacement :

transport

La revalorisation des frais de déplacements et la gratuité pour les transports collectifs :

  • Depuis 12 ans, les frais de déplacements sont calculés sur la même base. Que ce soit pour les trajets quotidiens (FDQ) ou les missions, les salariés doivent de plus en souvent compenser des remboursements parfois insuffisants : l’augmentation des frais de péage et d’essence, c’est autant de pouvoir d’achat amputé alors que nos métiers et conditions d’emplois imposent une plus grande mobilité géographique. Nous revendiquons une révision du mode de calcul pour toutes les prestations de missions, frais kilométriques, nuitée d’hôtel et repas au forfait et/ou au réel.

Une incitation aux transports collectifs (Car, Bus, Metro, Vélo, etc.) et moins polluants :

  • Les abonnements de transports doivent être pris en charge à 100% : ce serait, de plus, la juste contribution d’un Établissement Public à la politique de réduction des gaz à effet de serre.

Nous revendiquons la mise en place du forfait mobilité ainsi que d’une prime pour l’achat d’un véhicule moins polluant (voiture électrique), d’un vélo, etc.


Temps de récupération et temps de déplacement :

horaires

Avant tout, pour la CGT « les temps de déplacements professionnels doivent se dérouler prioritairement pendant le temps de travail », les temps de déplacement en dehors du temps de travail doivent relever de l’exception ou du conventionnel (ex. : les itinérants).

La CGT revendique un temps de récupération identique aux temps passés, ou le paiement des heures supplémentaires laissées aux choix des salariés. Car il est parfois impossible de récupérer les heures effectuées liées au temps de déplacement.

Pour la CGT une heure effectuée en plus de son cadre d’horaire habituel doit être une heure récupérée ou payée.


Testez vos connaissances : Quiz sur les salaires à l’afpa


CGT AFPA, le 3 juillet 2020

CSEE PACA de juillet 2020, des paroles aux actes
Un protocole d’accord pour cadrer les négociations à venir...