À Philippe Martinez, suite à la manif Marseillaise du 19 Octobre 2017.

logo CGT AFPAPhilippe,

Lors de la fête de l’UD 13 à la Mérindole, tu as pris le temps d’écouter une délégation de camarades de la CGT AFPA sur la situation que nous traversons. Force est de constater que cette parole a été entendue, comme celle relayée par Catherine Perret qui siège au conseil d’administration, puisque dans le compte rendu de ta rencontre avec Emmanuel le Petit, des « engagements » auraient été pris pour renforcer le rôle et les missions de l’Afpa.

Pour cela, nous te remercions.

Sache que les salariés de l’AFPA arrivent au bout de ce qu’il est possible de supporter et qu’il est grand temps que des décisions politiques ambitieuses et progressistes soient rapidement prises.

Au-delà du vécu quotidien des 7 000 salariés  (qui étaient encore 12 000 en 2010), l’AFPA concentre tout un ensemble d’enjeux fondamentaux : stratégie française et européenne du financement de la formation professionnelle, typologie et qualité des formations délivrées, sécurisation globale des parcours pour des actifs de plus en plus précaires. La marchandisation de la formation accentue les inégalités et réduit considérablement les perspectives d’accéder à un emploi avec un salaire digne. Même le Conseil Régional avec sa gestion catastrophique en appel d’offre, ou son incompétence à gérer la VAE autrement que par une vision comptable et économique, décourage le public d’y accéder alors que c’est son droit fondamental.

L’AFPA est devenue le creuset des perversités du système de formation actuelle, mais aussi le lieu d’expérimentation des ordonnances sur la loi travail XXL : les CDI de chantier (jusqu’à 80 salariés pendant 3 ans, qui aujourd’hui n’existent plus, pour l’instant, grâce à la lutte), la réduction drastique des effectifs sous l’impulsion de Bercy, accompagnée d’un plan de vente des centres de formation, PSE déguisé ou ruptures collectives (voulues ou subies), fusion des CHSCT en instance unique pour traiter du passage en EPIC, etc. Les conséquences sont aujourd’hui visibles avec une forte dégradation des conditions du travail et du service rendu au public.

Formation lutteEt pourtant les besoins n’ont jamais été aussi grands !  Et  les capacités à relever le défi, réelles…

Que ce soit par une « fusion » avec les GRETA et le CNAM dans un grand service public de la formation professionnelle, ou un « mariage » avec Pole Emploi comme certaines rumeurs le disaient (chiche !), ce n’est que par une vision révolutionnaire que l’AFPA, mais aussi la formation professionnelle par voie de conséquence, pourra sortir de la spirale infernale dans laquelle elle s’enfonce depuis trop  d’années.

Nous comptons sur toi, sur Catherine, et sur tous les camarades pour continuer la pression et saisir cette occasion unique de contribuer à une grande victoire pour le progrès social et la convergence des luttes.

Fraternellement,
S. Bego-Ghina, secrétaire régional CGT AFPA

51 visites au total, 1 aujourd’hui

CRE Provence-Alpes-Côte d'Azur de novembre 2017
CRE Provence-Alpes-Côte d'Azur du 25 octobre 2017