Communiqué de la Commission Exécutive CGT AFPA

RPS


Réunion sur la mise en place du plan d’action de la direction, dans le cadre de mesures unilatérales, sur les « risques psychosociaux » (RPS)

Présents à cette réunion :

  • DG : C. Mettot, M. Cofré, C. Lebarbier, A. Louis
  • CGT : C. Ribot, C. Filliot, Y. Cherec
  • CFDT : D. Artiguenave, R. Ricourt, J. Relion
  • FO : N. Tondolo, P. CHabas, B. Dieppedalle
  • SUD : R. Lalau, Cyril, H. Flament

La direction précise que c’est une réunion d’information, de présentation et d’échanges autour de la mise en place du plan d’action RPS.


La CGT : Nous restons sur la même position et partageons les mêmes points de vue exprimés dans le courrier intersyndical CGT CFDT SUD adressé le 9 novembre 2017 à la Directrice Générale. La CGT constate que là où il y a des problèmes, parfois il y a une résolution, mais là où les résolutions se révèlent inaccessibles, c’est souvent le fait d’un blocage avec la ligne hiérarchique et ce ne sont pas ces mesures unilatérales qui vont améliorer les solutions puisqu’elles sont entièrement conditionnées à la prise en compte par le management des « situations-problèmes ». Au contraire cela risque d’accroître les situations délétères. En particulier, vous dénaturez totalement l’esprit et la logique des collectifs métiers que CGT, CFDT et SUD vous ont présentés dans les négociations de 2017 et consignés dans le courrier susnommé.

La CGT considère même que cet ancrage dans une approche relationnelle entre salariés et leur hiérarchie peut devenir un nouveau facteur de RPS là où le dialogue ne peut s’établir ou quand la confiance avec la hiérarchie directe est rompue, car ce sont bien là des lieux de souffrance au travail avérés. Cela peut provoquer des replis sur soi, de l’isolement jusqu’à l’expression tardive, in extremis, voire trop tard de l’insoutenable. La CGT vous adresse donc un cri d’alerte sur les conséquences de l’omniprésence et capacité décisionnelle de la hiérarchie dans les mesures unilatérales que vous voulez mettre en place.

Puisque les collectifs de travail ne pourront pas s’autosaisir sans que les hiérarchiques ne donnent leurs accords, la CGT demande donc des représentants de proximité au sens du code du travail puisque dans le nouveau périmètre des élections, il n’y aura plus de CHSCT.

La direction a présenté différents documents remis sur place dont nous avons demandé la communication en numérique.

Une expérimentation sur les groupes de travail ad hoc a été faite sur les Centres de Grenoble et Belfort.

Les formations sont très majoritairement orientées vers les hiérarchiques et très peu vers les membres de CHSCT.

Comme énoncé précédemment lors des négociations, pour la CGT le plan d’action des mesures unilatérales RPS reste un plan frileux qui ne marchera pas, et qui fait la part belle à l’enlisement de situations qui deviendront des problématiques et par conséquent des RPS voir des TPS.

Cliquez ici pour consulter le courrier intersyndical CGT CFDT SUD à la DG…


Montreuil, le 09/05/2018

Négociation sur l'accord égalité professionnelle Femme Homme
Communiqué CGT, CFDT, FO, SUD et CFTC de l'AFPA du 8 juin 2018