Quoi de neuf au CSEE Extraordinaire de nov. & déc. 2021 ?

I SEDFSchéma d’Evolution du Dispositif de Formation : 

Les différentes étapes pour établir le SEDF s’appuient sur les demandes des différents partenaires et sur les évolutions du marché de l’emploi.

Le SEDF cartographie l’offre des centres et les différentes évolutions à venir. L’idée et d’éviter que les centres ne se concurrencent entre eux, mais plutôt qu’ils se complètent.

Depuis 2 ans le schéma n’avait pas été remis à plat. Avec les différents mouvements opérés dans les centres, et le prochain Appel d’Offres, le SDEF 2021 évoluera encore.

Nous regrettons qu’il n’y ait pas une concertation plus efficiente et surtout une prise en compte des idées de développement et d’amélioration proposées par les acteurs de terrain.

 

II – AMBITION TERRITOIRE : 

Nous avons assisté au grand oral des directeurs avec des échanges riches et longs avec les représentants du personnel. Débat trop long pour la direction. En effet la direction a reconnu qu’elle ne s’attendait pas à autant de questions et d’interventions de la part des élus. Les deux jours prévus pour ce CSEE extraordinaire sont insuffisamment calibrés pour mener à terme ce CSEE. C’est ainsi qu’en fin de la deuxième journée le DR a changé les « règles » : Le temps alloué ne permettant pas d’examiner l’ensemble des questions et remarques portés par les représentants du personnel, chaque DC ne fera plus la présentation de son projet mais répondra aux questions directement.

Ce qui est regrettable car nous aurions voulu entendre chaque DC dans sa présentation pour mieux appréhender la genèse du projet et identifier la stratégie de chaque centre. On a dû se contenter des diaporamas pour certains centres :  Balma, Tarbes, Carcassonne et Rivesaltes. Faute de temps, la présentation de 2 centres Nîmes et Montauban a été reportée un autre jour.

Encore une fois nous pouvons constater qu’il est difficile de pouvoir aller au fond des choses dans les débats et le dialogue, faute de temps accordé, car malgré le discours nous ressentons la pression. Nous sommes tout à fait conscients du temps que chacun peut passer sur la route, la superficie de notre région (aussi grande que l’Irlande) mériterait peut-être une autre méthode… Notons que nous avons le même temps de dialogue pour toute la région Occitanie, que nous avions pour la seule région Languedoc ou Midi-Pyrénées !

Ambition d’Alès !! :

On se demande où est l’ambition, face à l’obsolescence des plateaux qu’il faudra rénover et d’autres où il faudra investir.    Des formations pour une industrie 4.0, qui n’est pas réellement bien définie, qu’il faudra étoffer. Un village de l’Afpa ouvert aux « partenaires » : où est la limite du concurrentiel, et de la complémentarité ?

Une communication en peine pour changer l’image de l’attrait des formations industrielles. 12 demandes d’ouvertures de formations qu’il faudrait revoir faute de dossiers pas assez :  exhaustifs – ambitieux – rentables – complets !

Albi et Rodez : 

Un Directeur hyperactif toujours à l’affut de partenariats et de propositions innovantes : le théâtre pour les demandeurs d’emploi de longue durée, des étudiants ingénieurs de l’Ecole des Mines qui fonctionnent avec des soudeurs de chez nous.  Le personnel semble plébisciter les réunions de réflexion collective.

Tous les formateurs « habituels » (encore beaucoup de CDD) sont formateurs Experts, une demande de passage de 3 formateurs Conseils qui sera nous l’espérons validée. Projet de création d’un Eloce Center accolé à un garage solidaire.

Mais la délégation CGT demande que la même démarche de promotion soit appliquée en Occitanie, en faisant passer les nombreux formateurs expérimentés qui ne sont encore que “formateur” au niveau “formateur expert”. Ce ne serait qu’un juste retour de leur investissement professionnel. La délégation CGT s’inquiète également, d’une « UBERisation de la formation » à la suite de la présentation, et à la réponse apportée à la question sur la génération Z (zapping).

Palays / Balma / Ariège : 

Le projet est très général, les ambitions sont des lieux-communs – le projet n’a pas été présenté par la Directrice par manque de temps, priorité laissée aux questions – « les indicateurs sont sortis du rouge », objectif de création de pôles afin d’éviter les formateurs uniques. Pas d’ERE en tant que tel, alors que d’autres Centres ont un projet d’évolution de l’ERE en agence de placement pour nos stagiaires. En Ariège il y a une urgence de relocalisation dans des locaux corrects pour Foix. Projet de création d’un Eloce Center sur les métiers de technicien du Bâtiment.

Tarbes : 

A nos interrogations quant à la surpression de 2 dispositifs sur Tarbes, le DC a répondu qu’il n’envisage la suppression d’aucun. Ce n’est pas parce que c’est inscrit dans le SDEF que c’est marqué dans le marbre. C’est son rôle de convaincre la DR et d’apporter les arguments. Son ambition étant de diversifier l’offre pour passer de 84% de l’offre structurelle à 70% en recherchant des niches, de nouveaux financements. La commande de la Région n’étant que le socle de base. Le DC nous a indiqué que ce n’était qu’un schéma et qu’il serait amené à évoluer en fonction des AO.  C’est en fonction de celui–ci qu’un réexamen de chaque lot dans les allotissements à la lumière de 4 critères : la taille du lot, le contenu des composantes et les opportunités des partenariats, que l’on optera pour le GO et le NO GO.