Suppression de l’aide à la restauration et à l’hébergement pour les demandeurs d’emploi rentrant en formation


Une atteinte au droit à la formation intolérable !
Une menace pour la survie de l’AFPA et pour nos emplois !

Déclaration des élus CGT au CRE AFPA Limousin le 27/09/2017

 

Monsieur le Président,

logo CGT AFPAL’AFPA accueille en formation professionnelle des demandeurs d’emploi avec un accès à la restauration et à l’hébergement facilité par les pouvoirs publics (participation ramenant le prix d’un repas à 4 euros maxi, hébergement gratuit).

Ces dispositions ont été et sont la garantie depuis des décennies d’un droit d’accès à la formation pour tous, notamment pour ceux qui en seraient exclus faute de moyens.

En Nouvelle Aquitaine, ce droit vieux de 60 ans vient de prendre du plomb dans l’aile avec la publication du dernier appel d’offres « formation » du Conseil Régional.

Bien que figurant dans la première version de l’appel d’offres publiée en juin dernier, l’obligation demandée aux organismes de formation de fournir aux stagiaires une restauration le midi et la prise en charge accordée pour fournir aux stagiaires de la formation professionnelle des repas à prix modique (environ 4 €) ont été supprimées en cours de publication de l’appel d’offres suite aux questions posées (pressions exercées ?) par les organismes de formation privés (cf. publication de la FAQ).

Outre cette modification d’importance, la question reste entière pour les repas du soir, l’hébergement et les petits déjeuners qui sont couverts par une convention courant jusqu’à la fin de l’année 2017. Qu’en sera-t-il à partir de janvier 2018 ? Vu ce qu’il advient de la restauration du midi, ces prestations complémentaires sont tout autant en danger.

Pour des milliers de demandeurs d’emploi, futurs stagiaires potentiels, le risque est de ne plus pouvoir se nourrir décemment, voire de ne plus pouvoir franchir les portes de « l’école de la seconde chance » faute de pouvoir supporter le coût qu’elle engendre.

Il suffit de regarder le barème des rémunérations des stagiaires de la formation professionnelle pour s’en convaincre :

  • 652 € par mois pour les travailleurs privés d’emploi justifiant d’au moins 6 mois d’activité salariée sur une période de 12 mois,
  • 310 €, 339 € ou 401 €, selon la tranche d’âge, pour les jeunes sans expérience professionnelle.

Pour ces personnes, l’accès à un hébergement et à une restauration gratuits, ou au moins à un tarif modique, conditionne tout simplement l’accès à une formation !

Autre conséquence ?  Une menace pour la survie de l’AFPA et pour nos emplois :

  • Les stagiaires venant de loin pour suivre des formations peu implantées ne pourront plus s’inscrire par manque de moyens provoquant ainsi une baisse d’activité de l’AFPA.
  • L’augmentation des prix de la restauration et de l’hébergement va avoir une incidence directe sur le taux d’utilisation mettant ainsi en péril ces services.

La baisse de fréquentation des selfs fait peser une menace directe sur les emplois des personnels de restauration. La baisse d’activité, en lien avec les problèmes pressentis d’alimentation de notre dispositif, accentue cette menace et l’élargit à tous les emplois, formateurs et back-office.

D’autant que cette décision en suit ou en précède d’autres qui vont malheureusement dans le même sens.

Il suffit de faire un parallèle entre la courbe descendante des crédits régionaux affectés à la formation professionnelle depuis 2009 (-25%) et la courbe de nos effectifs AFPA (-35%).

Et, il suffit de constater qu’en supprimant les exigences de service public, telles que la restauration pour les stagiaires,  l’ouverture à la concurrence fait la part belle aux organismes privés qui viennent rafler l’activité de l’AFPA, menaçant ainsi sa survie et les emplois de ses salariés.

Durant cet été, La CGT AFPA a rencontré à deux reprises les responsables (techniques et élu) du conseil Régional Nouvelle Aquitaine.

Les réponses données par la Vice-Présidente du Conseil Régional, Mme Veyssi, n’ont pas convaincu et rassuré notre délégation. Le Conseil Régional confirme les changements des règles à partir de 2018 et évoque l’hypothèse de solliciter les conseils départementaux, dans le cadre du plan territorial d’insertion, pour voir s’ils ne pourraient pas financer les repas.

Les élus CGT au CRE Limousin vous font part de leurs plus vives inquiétudes

La solution du Conseil Régional de renvoyer « la patate  chaude » aux départements, qui sont déjà étranglés par les baisses de dotation de L’État, risquerait d’engendrer « l’organisation de l’inégalité d’accès sur tout le territoire » en Nouvelle Aquitaine, 12 départements donc 12 options politiques possibles.

Pour la CGT AFPA, tous les moyens doivent être mis en œuvre pour obtenir du Conseil Régional Limousin qu’il maintienne l’aide à la restauration et à l’hébergement pour les demandeurs d’emploi en formation.

Côté CGT, nous avons œuvré. Nous avons interpellé le Conseil Régional à deux reprises cet été. Nous le rencontrons à nouveau le 4 octobre. Nous avons alerté l’opinion publique par distribution de tract, envoi de communiqués de presse et interviews pour radio et TV (France Bleu et FR3).

Et nous continuons d’œuvrer en tâchant d’obtenir un soutien qui donne du poids à notre action. Une pétition mise en ligne depuis 1 semaine sur change.org a déjà obtenu 265 signatures. Nous en espérons encore davantage.

L’heure est arrivée maintenant, Monsieur le Président, d’entendre la Direction de l’AFPA.

Depuis que nous avons connaissance des nouvelles règles d’appel d’offres,

Qu’a-t-elle fait, que fait-elle, que prévoit-elle de faire ?

  • Pour défendre que les prestations associées de restauration et d’hébergement sont indispensables à l’usager pour réussir son parcours de la qualification à l’emploi
  • Pour défendre que ces prestations sont indissociables de l’acte de formation
  • Pour obtenir, comme cela s’est fait dans la région Hauts de France, que le Conseil Régional Nouvelle Aquitaine mesure les conséquences de ses orientations et reconnaisse la nécessité de réattribuer un subventionnement pour ces services.

 

87 visites au total, 1 aujourd’hui

CRE Limousin du 27 septembre 2017
Déclaration CGT au CRE Limousin du 27/09/2017 : A.O. perdant sur tertiaire administratif