Une insuffisance de places de formation !!!

« Y’EN A QUI DÉCONNENT » comme dirait s’taut. (c’est du pur Berrichon)

Selon l’article, ci-dessous, paru le 17 janvier dans le Berry Républicain (quotidien du Cher), le secteur d’activité du transport et de la logistique se développe dans la Région Centre-Val de Loire. Mais il vieillit et peine à attirer des jeunes et des recrues.

Cet article évoque entre autres, une insuffisance de places de formation !!!

Pour les salariés de l’AFPA de Châteauroux, spécialisés dans ces domaines de formation, qui se voient menacés de licenciement au prétexte que la Région Centre n’a pas passé de commandes, la pilule est plus que dure à avaler et reste en travers de la gorge, « y’a d’quoi s’étouffer mon bon Marcel non ? ».

Les « hommes politiques » asservis au « marché » et à la « concurrence libre et (soi-disant) non faussée » et les Directions AFPA à la botte de ces mêmes politiques, font une fois de plus la démonstration qu’ils n’ont aucune volonté de faire fonctionner l’AFPA ou qu’ils en sont incapables.

Cet outil, dont l’utilité sociale n’est plus à démontrer au sein du Service Public de l’Emploi et qui pourtant les rémunère grassement, mérite certainement un « plan de réorganisation » autre que celui mis en place par ceux-là.

« L’autorité ne procède que de la responsabilité »
Anton Makarenko , La pédagogie et l’action individuelle

Le Délégué Syndical Conventionnel Régional CGT-AFPA
de la région Centre-Val de Loire

Extrait du BERRY RÉPUBLICAIN du 17 janvier 2019

TRANSPORT

Le secteur se développe, mais peine à recruter

« Le secteur d’activité du transport et de la logistique se développe dans la région Centre-Val de Loire. Mais il vieillit et peine à attirer des jeunes et des recrues.

C’est, sommairement, le bilan que l’on peut tirer de la présentation des chiffres de l’Observatoire Prospectif des métiers et des qualifications dans les Transports et la Logistique (OPTL).

L’OPTL, qui regroupe les différentes organisations patronales et salariales, a interrogé les 1377 entre-prises du secteur, de février à juillet dernier, pour dresser un portrait assez fidèle de la profession.

En 2017, dans la Région, les créations d’entreprise (243) étaient en forte hausse et les défaillances (136) en baisse. 146 salariés ont vu leur entreprise fermer.

Création de plateformes logistiques, reprise d’activité après huit années de crise, départs à la retraite à compenser… Les effectifs (29 603 personnes) ont fait un bond de 3,3 %, pour 842 créations de postes. Ils dépassent de 5 % le niveau d’avant-crise, en 2007.

En novembre 2018, les effectifs étaient de nouveau en hausse, atteignant 30 377 salariés, soit 770 postes (+2,6 %) en plus. Un tassement était cependant constaté au deuxième semestre, pour les marchandises.

Des postulants déjà en poste

Selon les perspectives, la hausse devrait être de 2,24 % cette année.

Malheureusement, la trentaine d’auditeurs réunis mardi dernier par l’OPTL ont souligné les difficultés de recrutement. « Aujourd’hui, nous recevons beaucoup de CV, mais ce sont des gens déjà en poste qui cherchent de meilleures conditions », a commenté Charles Perrin, président de l’OPTL.

Nécessité de passer le permis routier, insuffisance de places de formation, manque d’attrait pour la profession, métier mal perçu sur le plan environnemental, contraintes d’horaires et salaires peu élevés, notamment dans le transport de voyageurs : la profession va sans doute réfléchir au moyen de redorer son image auprès des jeunes. »

STOP à la maltraitance institutionnelle