Communication intersyndicale
CFDT, CFE-CGC, CGT-AFPA, Sud et FO
du CSE des Hauts-de-France

Appel d’offres du conseil régional : où sont la vérité et la transparence ?

Madame Hurni, l’intersyndicale vous demande d’exercer notre DROIT DE RECOURS.
Le résultat du Programme Régional de Formation (PRF) 2021/2024 ne présente « aucune bonne surprise » !

  • La vérité est que l’AFPA n’a été retenue que pour 50 % de ses réponses à partager avec d’autres organismes d’un groupement nommé « Alliance ».
    Pour l’AFPA cela représente moins de 10 % en rang 1 !
  • La vérité est que des formations qualifiantes comme ADVF, EEB, FPA, plusieurs formations du transport en commun et marchandises, la quasi-totalité de l’industrie dans l’Oise, et bien d’autres encore ne nous sont plus attribuées sur l’ensemble de la région Hauts-de-France !
  • La vérité est que certains centres tels que Lomme, Amiens, Valenciennes, Douai, Compiègne ont perdu plus de la moitié de leur activité.

La communication faite auprès des salariés diffère d’un centre à l’autre (présentation seule du PowerPoint, rencontre de certains salariés impactés…) ne permet pas aux salariés de l’AFPA d’avoir une vue d’ensemble sur le retour de ce PRF et sur la gravité de la situation.

Vos responsabilités vous obligent à ne pas mentir aux salariés sur l’avenir de l’AFPA.

Nous formons des adultes et le sommes assez nous-mêmes, pour comprendre la triste vérité sur les chiffres que vous nous avez communiqués !

Nous vous demandons expressément, Madame la Directrice Régionale, d’exercer le droit de recours auprès du Conseil Régional des Hauts-de-France, comme le prévoit le J.O.U.E (Journal Officiel de l’UE).

Les Organisations Syndicales vont ⏤ elles ⏤ prendre leurs responsabilités :

  • En informant et en mobilisant les salariés
  • En communiquant les résultats à la Directrice Générale
  • En interpellant M. Xavier Bertrand
  • En alertant l’opinion publique quant au traitement réservé à l’AFPA.

La formation qualifiante ne doit pas être laissée aux seuls organismes patronaux ou consulaires.

Il est temps qu’une vision claire de l’activité de l’Afpa à 3 ou 5 ans soit exprimée dans les ordonnances constitutives de l’EPIC.

Depuis des années les salariés n’ont eu de cesse de s’adapter à toutes les exigences des tutelles sans jamais récolter les fruits de leurs efforts. Force est de constater que toutes ces adaptations n’ont eu d’effet que d’affaiblir l’AFPA et de renforcer nos concurrents, tels que les organismes patronaux.

Madame la directrice Régionale prenez vos responsabilités et interpellez nos tutelles ! Soyez force de propositions auprès de l’Etat, des régions et des opérateurs de compétences (OPCO).

Unique EPIC de la formation professionnelle, l’AFPA mérite et doit garder son rang de premier opérateur de la formation pour adultes !

L'index égalité salariale ?
Négociation sur la déprécarisation des emplois au sein de l’Afpa